Un nouveau livre à découvrir fin octobre sur Glenmor

23 Oct

Porte drapeau de générations de Bretons en quête de justice et de reconnaissance, rebelle pour avoir refusé toute concession et toute compromission, tout ce qui pouvait être néfaste à la Bretagne, poète pour avoir exprimé par le dit et le chant son âme et celle de la Bretagne, tel est Glenmor. Un nouvel ouvrage donne l’occasion aux Bretons de découvrir ou redécouvrir ce poète qui portait la Bretagne en étendard.

Ce livre a été écrit par Herve le Borgne, président de Glenmor an Distro, auteur de six livres, expert auprès de la Commission Européenne. Seul actuaire treize ans durant en Bretagne, il a fondé l’EURIA   (EURo Institut d’Actuariat) en 1989 auprès de l’Université de Bretagne Occidentale à Brest.

Ce livre repose aussi sur un vaste ensemble de témoignages de ses contemporains et compagnons de lutte engagés pour le développement de la culture Bretonne. Parmi eux, Alain Le Nost, René Abjean, Gweltaz Ar Fur, Fafich Bernard, André Coupé, Gérard Ducos, Xavier du Roscoat, Yann Goasdoue, Maripol Gouret, Alain Goutal, Guislain Gouwy, Philippe Guilloux, Edmond Hervé, Claude Huart, Angèle Jacq, Mari Kermareg, Goulc’han Kervella, Nolwenn Korbell, Enrvan Lanchec, Clarisse Lavanant, Jean-Michel Le Boulanger, Reun Le Diguerher (récemment décédé) Claude Le Glanic, Jean-Pierre Le Mat, Edmonde Le Nost, Laurence Meillarec, Yannig Morel, Yves Morvan, Martial Pezennec, Jef Philippe, Yann Poilvet, Yann Puillandre, Stanhope Robb, Gilles Servat, Alan Stivell, Lizig Surzur,

Publié par l’édition des Oiseaux de papier à Ploërmel, il sera disponible en librairie fin octobre 2012 au prix de 17 €.

Publicités

Une Réponse to “Un nouveau livre à découvrir fin octobre sur Glenmor”

  1. ardouin maryvonne janvier 1, 2013 à 5:45 #

    j’avais une image idéalisée de Glenmor que j’avais entendu chanter lors du grand concert en plein air après Plogoff, c’était gigantesque, fantastique ! et c’était pour moi
    un magnifique défenseur de la Bretagne et de sa culture .
    et ce matin il y avait sur Tébéo une émission sur lui, où j’ai découvert, moi fille de bretonnante (ma mère est de Lampaul Plouazel) et représentante de cette génération (je suis née en 48) à laquelle les parents se sont interdit de transmettre leur langue maternelle!) que Glenmor, lui non plus n’a pas transmis sa langue à ses enfants
    et que plus encore il refusait de chanter en breton et refusait l’évolution du breton
    et son adaptation au monde actuel qui risquait de faire perdre au monde rural son
    breton d’origine.et de le dégénérer.
    Quelle étrange manière de défendre sa langue et sa culture d’origine en l’enfermant
    dans le repli identitaire rétrograde et en choisissant de chanter en français pour être
    compris de tous. Plutôt la mort que le mélange, l’évolution et l’ouverture au monde !
    Là est le risque pour la Bretagne,, l’enfermement mortifère associé à la victimisation.
    Pour moi la Bretagne c’est l’âme celte, qui s’exprime par la langue, la musique
    et place l’être humain à sa juste place, un élément dans la nature dont il fait partie
    et qu’il ne doit ni déifier ni dompter mais écouter.
    Même si cette âme celte a subi des forces et des influences au fil du temps, celle de la musique tonale, celle de l’Eglise avec ses règles morales et ses dogmes; celle de l’état et de ses abus réglementaires, elle a gardé sa force originelle et je retrouve ce souffle dans la langue bretonne que J’apprends à 64 ans
    et je pardonne à Glenmor son oubli de transmission de la langue !.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :