Triche statistique française sur la fécondité bretonne ?

24 Oct

Pas de surprise, la fécondité bretonne – à cinq départements évidemment – est supérieure à celle de la France. Même si l’écart s’est un peu réduit, en 2009 les Bretons font 2.04 enfants par femme (2.06 en 2008) contre 2.0 pour la France. Une différence minime, qui met cependant la Bretagne hors du danger de voir sa population décroître. Et pourtant, en établissant les statistiques, nous sommes tombés sur une surprise de taille : l’INSEE tend à réduire la fécondité des quatre départements de la région administrative.

En clair, l’on constate dans les statistiques brutes, qui sortent avec un écart de 3 ans (en février 2012 pour 2009) que la fécondité moyenne des quatre départements de la Bretagne administrative est nettement inférieure à celle de la Loire-Atlantique, alors que les comportements, la culture, la structure sociale sont très semblables dans l’ensemble de la Bretagne. Etonnés, nous avons décidé de retracer l’historique des statistiques depuis 1999. Nous remarquons alors que la fécondité moyenne des 22, 29, 35 et 56 est revue à la baisse de 0.2 à 0.4 points ce qui a pour conséquence de diminuer aussi l’écart entre la fécondité de la région administrative et celle de la France, alors même que cet écart, une fois prise la moyenne réelle, est important et même sensible, puisqu’il varie de 0.05 à 0.07 points de différence. Cachez donc ce surcroît de vitalité que l’on ne saurait voir. Pourquoi alors ces ajustements ?

Il y a deux raisons qui pourraient expliquer que l’on ne puisse retomber sur les résultats de l’INSEE. D’une part, il se pourrait qu’ils pondèrent (ajustent, vers le haut ou le bas) le résultat obtenu en fonction d’un paramètre quelconque. Il apparaît quand même assez peu transparent de ne pas indiquer au simple citoyen lequel. D’autre part, il pourrait s’agir de ce que le monsieur tout le monde appelle une bidouille. Dans quel intérêt ?

Dans la grande majorité des cas, personne ne regarde au-delà de la première décimale d’un chiffre, estimant l’écart infime. Or, dans le cas de la fécondité, cela a une réelle importance : un pays à 1.95 enfants par femme ne renouvelle pas sa population, un pays à 2.0 y parvient tout juste, et les deux ont besoin de l’immigration pour échapper au déclin démographique, et assurer la relève tant sur le marché du travail que dans le système social s’il est par répartition.  Mais un pays qui est à 2.05 enfants par femme n’a, lui, pas besoin d’immigration pour assurer sa croissance, et si nous parlons bien de différences à 0.01 points, comme elles concernent des milliers de naissances, elles se traduisent de façon très importantes sur les populations concernées. L’on peut se demander d’ailleurs que vaut la moyenne pour la France, si elle est calculée avec un ajustement au pifomètre à chaque région administrative ?

Pas vu, pas pris donc. Mais on ne peut décemment ignorer que ajuster à la baisse les résultats de la Bretagne administrative permet d’en retirer quelques avantages politiques non négligeables. Ne serait-ce que déculpabiliser les Français en tordant le cou à la légende selon laquelle les Bretons font plein d’enfants. Plus sérieusement, cela permet d’instiller aux élus et à la population Bretonne le discours selon lequel leur région amputée n’est pas si dynamique que cela, et que pour échapper au déclin, elle a besoin des mêmes expédients que la France : le recours, les vannes grandes ouvertes, à une immigration « de travail » durable alors même que le taux de chômage des jeunes français explose et que de nombreux secteurs peinent à embaucher. Et enfin, chaque année les gouvernants français peuvent se féliciter de deux bons chiffres : la vente de Champagne, plus résistant à la contrefaçon que les foulards Hermès et la stupéfiante fécondité française… dont on ne sait maintenant quelle est la juste valeur avec de telles méthodes de calculs. Rien d’étonnant que la France ait un peu de mal avec la rigueur budgétaire.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :