NDDL : La pression policière baisse de régime

5 Nov

Samedi, nous avions été informé – et nous l’avions annoncé – que la Préfecture abandonnerait les opérations d’expulsion pour les deux jours du week-end. Dans l’ensemble, la trêve a été respectée, malgré quelques allées et venues de policiers qui ont surveillé la ZAD comme le lait sur le feu. Depuis les policiers ont repris les opérations, mais pour l’heure, elles se font sur un rythme moins fébrile et avec beaucoup moins de violences. A une phase d’invasion en force, la Préfecture a substitué une phase de baisse de pression… dans l’espoir que la ZAD retourne au no man’s land médiatique.

Le Liminbout, village où des destructions ont déjà été pratiquées par les pouvoirs publics Ouest de la ZAD, Notre-Dame des Landes.

Le samedi 3 novembre, il n’y a quasiment pas eu de mouvements de policiers sur la zone. Apparition furtive d’un fourgon vers 10h, passages de fourgons de gendarmes mobiles devant les barricades du Phare Ouest, au sud-est de la ZAD, passage de l’hélicoptère à 15 h 45 pour localiser les chantiers de reconstruction et les voies d’acheminement du matériel. En revanche, la préfecture n’a pu tenir sa promesse M. Lapouze, directeur du cabinet du Préfet de Loire-Atlantique, disait en effet que « s’il y a des barricades, elles seront uniquement le fait des opposants », alors que le carrefour des Ardilières, au nord de la ZAD a été barricadé au cours de l’après-midi par des policiers qui empêchaient les riverains de passer et/ou de ravitailler. Néanmoins, l’AG des militants s’est tenue le soir à la Vach’rie (les Domaines) sans problèmes.Le dimanche 4 novembre, les zadistes indiquent à 12 h 33 « Youhou ! Tout est calme » et réaffirment ce calme à 19 h 45. Dans l’intervalle, des fourgons de gardes-mobiles sont signalés à Treillères et à Vigneux, notamment à cause de barricades sur la route du Far Ouest. Mais la préfecture préfère respecter la trêve : moins il y a de tensions, et moins les médias sont susceptibles de couvrir les événements et d’accroître la pression sur le gouvernement.

Le lundi 5 novembre, c’est modérément que l’activité reprend. Entre 7 h 30 et 8 h 45, des gendarmes mobiles en nombre arrivent avec les agents de la DDE, une pelleteuse et un manitou, pour remettre en état les routes, entre la Saulce et la Rolandière (RD81, au sud de la ZAD). A 9h30, les policiers déboulent dans le bois de Rohanne, atteignent une cabane reconstruite pendant le week-end, en vident les occupants rapidement et commencent sa destruction. Des six occupants, deux sont emmenés à la gendarmerie de Blain pour vérifier leur identité, quatre filles sont ramenées au carrefour de la Saulce. Une est rapidement relâchée, les trois autres relâchées à 10 h 45. Pour l’instant, la méga-décharge – qui comporte notamment des déchets amiantées – qui seule subsiste de la ferme du Tertre prestement rasée vendredi subsiste telle quelle sur place. Tant pis pour les salamandres. A partir de 14 h les policiers quittent la zone du Sabot et vont protéger des travaux de déblaiement au Tertre. Les militants en profitent pour relancer leurs chantiers de reconstruction un peu partout.

Le soutien aux militants anti-aéroport continue à dépasser le strict cadre nantais. Un rassemblement est prévu ce soir à 19 h devant la Préfecture de Nantes, une réunion d’information a lieu à Angers à 20h30 (26 rue Maillé, l’Etincelle). Une réunion a lieu demain à Rouen pour y créer un comité de soutien http://rouen.demosphere.eu/node/448 De tels comités locaux existent un peu partout en France, notamment en Ile-de-France et en Alsace. Le 7 Novembre, un rassemblement est prévu dans le Pas de Calais à 18 h et une réunion d’information se fera au Petit Louvre, rue Linard Gonthier face à la fac de Troyes.

EELV Bretagne condamne, la CGT accepte le « grand chantier » aéroportuaire

Presque trois semaines. C’est le temps qu’il a fallu à Europe Ecologie les Verts Bretagne pour se rappeler que Notre-Dame des Landes est une commune Bretonne en Loire-Atlantique et s’affranchir des illusions socialistes. Pour rappel, Europe Ecologie les Verts Pays de Loire a donné sa position trois jours après le début de l’opération César. En revanche, la position rédigée par Gaëlle Rougier, René Louail et Michèle le Tallecest sans ambiguité aucune. Fustigeant la « très grande violence » des forces de l’ordre, elle appelle à abandonner le projet d’aéroport et affirme avec force que les méthodes de « répression employées sont indignes d’une démocratie« . Ayraultbespierre ne sera pas très ému, mais c’est déjà ça de pris. En revanche, ce n’est pas la position de la CGT qui va contribuer à l’arrêt de l’opération policière. Refusant de se dire pour ou contre le projet, le syndicat se place dans le champ de l’acceptation de l’qéroport et réclame « un grand chantier exemplaire » au niveau du droit du travail et de l’insertion environnementale.

 

Advertisements

2 Réponses to “NDDL : La pression policière baisse de régime”

Trackbacks/Pingbacks

  1. NDDL : La pression policière baisse de régime | ACIPA | Scoop.it - novembre 5, 2012

    […] Samedi, nous avions été informé – et nous l’avions annoncé – que la Préfecture abandonnerait les opérations d’expulsion pour les deux jours du week-end. Dans l’ensemble, la trêve a été respectée, m…  […]

  2. NDDL : une bavure qui tombe à pic « Breizh Journal - novembre 13, 2012

    […] pression policière exercée sur eux était constante, ils se lâcheraient maintenant alors que la pression baisse de régime depuis le 3 novembre […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :