NDDL : Pourquoi il ne se passe plus rien ?

6 Nov

Mardi 6 novembre, toujours la même impression de calme plat sur la ZAD. En fait, il n’y a qu’un endroit où cela s’agite, ce sont les ruines du Tertre, d’où tout ce qui était récupérable, fermes comprises, a été embarqué par les militants dans le week-end. A partir de dix heures, une pelleteuse commence à charger le vrac de pierres oublié lundi dans deux camions, le tout étant protégé par une bonne quinzaine de fourgons de gardes-mobiles. Pendant ce temps, rien au Far Ouest, sauf le passage de l’hélicoptère, qui circule en rase-mottes au-dessus de la zone pendant un quart d’heure dans la matinée.

César ne patauge pas, César patiente

Une stratégie policière que les zadistes qualifient de « sans queue ni tête« . Et pourtant, elle est au contraire motivée par la raison. Le but est double : fixer les opposants dans une zone, fusse-t-elle plus large, sans non plus apparaître comme le plus violent. Et d’une pierre trois coups, à force, les opposants baisseront la garde et le coin qu’ils tiennent pourra être enlevé, à condition d’y mettre les moyens. C’est là que le timing des zadistes apparaît dans sa faiblesse : la manifestation de réoccupation est fixée le 17 novembre, alors même que d’ici le 17 novembre, l’expulsion et la destruction des objectifs secondaires (le Tertre, le Liminbout, la Grée etc.) sera achevée et des moyens policiers plus importants pourront être déployés pour, d’une part, empêcher l’afflux de gens sur la ZAD et d’autre part détruire rapidement ce qu’ils auront reconstruit. Pour l’heure, la stratégie entreprise par la Préfecture table sur une durée plus grande, mais a encore deux avantages notables : réduire les coûts et baisser la tension. Plus il y a de tension, plus il y a de risque de bavure, et plus la presse risque de s’y intéresser, d’autant plus que le temps passe et des personnalités se rallient à l’opposition contre l’aéroport (comme Stéphane Hessel, position qualifiée par Eva Joly sur Twitter de « belle, sage et forte« ). Plus la presse s’y intéresse et plus le risque politique est grand pour Ayrault de ne pas passer l’hiver comme Premier Ministre. D’autre part, 1 million d’€ par semaine d’occupation de la ZAD est un coût intenable pour un pays en déficit, et politiquement indéfendable. La stratégie adoptée permet de mobiliser beaucoup moins de policiers et de gendarmes, et donc réduit drastiquement les coûts bien qu’elle allonge le calendrier.

Et l’hélicoptère, il sert à quoi? Comme il passe en rase-mottes, il sert à repérer les chantiers de construction menés par les opposants à l’aéroport, leurs circuits d’acheminement, les passages par lesquels ils rejoignent la ZAD ou communiquent avec l’extérieur, les allées et venues, les stockages, etc. Toutes ces données recueillies à raison d’une fois tous les jours ou tous les deux jours, ajoutées à celles des agents de la DCRI, de la physionomiste, des observations des membres des forces de l’ordre etc. sont compilées et serviront à mettre le paquet le jour où l’investissement rapide et brutal de la partie de ZAD fermement tenue par les opposants sera décidée. Il s’agira alors de couper nuit et jour les circuits – essentiellement à travers champs – par lesquels l’on peut rejoindre la ZAD, et de viser au plus vite et de façon la plus simultanée possible les divers lieux existants ou créés. Sur cette Pharsale du XXIe siècle, l’on saura alors si Ayraultbespierre est César ou Pompée.

A écouter : une chanson de lutte sur Notre-Dame des Landes.

Publicités

9 Réponses to “NDDL : Pourquoi il ne se passe plus rien ?”

Trackbacks/Pingbacks

  1. NDDL : Pourquoi il ne se passe plus rien ? | ACIPA | Scoop.it - novembre 6, 2012

    […] Mardi 6 novembre, toujours la même impression de calme plat sur la ZAD. En fait, il n’y a qu’un endroit où cela s’agite, ce sont les ruines du Tertre, d’où tout ce qui était…  […]

  2. NDDL : Pourquoi il ne se passe plus rien ? | # Uzac chien indigné | Scoop.it - novembre 6, 2012

    […] Mardi 6 novembre, toujours la même impression de calme plat sur la ZAD. En fait, il n’y a qu’un endroit où cela s’agite, ce sont les ruines du Tertre, d’où tout ce qui était récupérable, fermes comprises, a été embarqué par les militants dans le week-end. A partir de dix heures, une pelleteuse commence à charger le vrac de pierres oublié lundi dans deux camions, le tout étant protégé par une bonne quinzaine de fourgons de gardes-mobiles. Pendant ce temps, rien au Far Ouest, sauf le passage de l’hélicoptère, qui circule en rase-mottes au-dessus de la zone pendant un quart d’heure dans la matinée.  […]

  3. Notre Dame des Landes (aéroport) | Pearltrees - novembre 7, 2012

    […] NDDL : Pourquoi il ne se passe plus rien ? « Breizh Journal […]

  4. Trois questions qui fâchent autour de Notre-Dame des Landes « Breizh Journal - novembre 7, 2012

    […] le site de la ZAD sont protégés par d’importants déploiements de forces de l’ordre, comme hier au Tertre où une pelleteuse et deux camions-bennes étaient protégés par une quinzaine de fourgons de […]

  5. Le tumulte de Notre-Dame des Landes déferle sur le monde « Breizh Journal - novembre 8, 2012

    […] nouvelle strétagie mise en place par le pouvoir à Notre-Dame des Landes  visait à faire oublier définitivement par […]

  6. » QueerPunxBelgium - novembre 9, 2012

    […] nouvelle stratégie mise en place par le pouvoir à Notre-Dame des Landes  visait à faire oublier définitivement par […]

  7. Combats contre la société industrielle et son monde » Archives du Blog » – Le tumulte de Notre-Dame des Landes déferle sur le monde - novembre 10, 2012

    […] La nouvelle stratégie mise en place par le pouvoir à Notre-Dame des Landes  visait à faire oublier définitivement par les journalistes les événements de la ZAD pour  baisser la pression sur Ayrault et les parrains du projet. C’est raté. Si l’action ronronne à Notre-Dame des Landes, le bruit s’en répand dans le monde. […]

  8. #NDDL Question à François Hollande sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes | Comité Citoyen NDDL 22 - novembre 12, 2012

    […] NDDL : pourquoi il ne se passe plus rien ?, Breizh journal […]

  9. NDDL : une bavure qui tombe à pic « Breizh Journal - novembre 13, 2012

    […] le calme sur l’aire prévue pour le projet aéroportuaire de Notre-Dame des landes, calme orchestré par la Préfecture Et pourquoi donc ? Parce que LA bavure a fini par arriver, et que cette fois-ci, les occupants de […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :