Un trait de crayon, des millions d’euros

20 Nov

Bonne nouvelle pour la   Corse. La Cour Administrative d’Appel de Marseille, habituée à redresser lesillégalités flagrantes des élus Corses, a annulé le permis de construire des marinas du Soleil à Patrimoniu.

Pourquoi ? Parce que ces quatre bâtiments et garages étaient illégaux à l’égard de l’article 146-4 du Code de l’Urbanisme, et que le permis de construire était donc contesté par deux associations de protection de l’environnement corses, U Levante et U Polpu. L’article en question prévoit, pour toutes les communes littorales   que « L’extension de l’urbanisation doit se réaliser soit en continuité avec les agglomérations et villages existants, soit en hameaux nouveaux intégrés à l’environnement. » Et il se trouve que le projet devait être implanté en pleine nature.

Un exemple parmi d’autres en Corse. Sur cette île, les préfets s’assoient de temps à autre sur les lois dont ils sont censés garantir le respect  pour peu que le colon qui demande le permis de construire soit riche et parisien. Ainsi, des villas peuvent être construites dans la bande littorale… voire sur le domaine public maritime, propriété inaliénable de l’Etat depuis l’édit de Moulins (1566). La régularisation de telles constructions ne peut être que la démolition, ce sont donc les nationalistes Corses, qui, ironie de l’histoire, font respecter la loi  en les faisant sauter. Et quand la justice décide de restaurer le droit, en ordonnant la destruction de constructions illégalement bâties comme l’est la villa et le port des Catoni à Cagnano (Cap Corse), la décision n’est pas appliquée !

Le problème n’est pas seulement Corse. Le Canard Enchaîné se fait ainsi l’écho des rebuffades subies par de nombreuses associations de protection de l’énvironnement, tant en Aquitaine qu’en Alsace, qui ont l’outrecuidance de faire annuler les permis de construire autres grands projets d’aménagement complètement illégaux décidés par les élus. Ces derniers menacent alors de couper les subventions aux dites associations.

Mais en Corse, comme sur la côte provençale toute proche, il y a plus grave encore. Une île de 8600 km², bien grande pour ses 305.000 habitants. Objet de convoitises. Ile dont les habitants ont l’habitude de prendre des distances avec les lois, avec certaines d’entre elles. Et quand « un coup de crayon sur le zonage vaut des millions d’euros », la tentation est bien grande pour des maires de communes dont la population stagne  de changer des zones inconstructibles, boisées ou agricoles, en zones constructibles. Nc (agricole), Nd (protégé) contre NA (urbanisation future), sur quelques hectares, cela se voit si peu et cela rapporte tant.

Alors Pierre-Laurent Santelli, de U Levante, empêcheur patenté d’urbaniser en rond en Corse, a pris sa plume. Manuel Valls, avant d’aller terroriser les opposants à Notre-Dame des Landes, bien à l’abri depuis Saint-Nazaire, a invité les Corses à parler pour sortir de la spirale mortifère. Pierre-Laurent Santelli a parlé.  Pour qu’un jour cela serve ailleurs, en Provence ou en Bretagne, au Lavandou, à Arradon ou à Groix, sur ces terroirs magnifiques qui attirent toutes les convoitises, et où la loi de la République fait qu’un trait de crayon sur le PLU rapporte des millions d’euros. Surtout si le trait de crayon est soutenu par le Premier Ministre.

« En Corse, on connaît les commanditaires, on sait, mais on ne parle pas.

Alors j’ai pris mes responsabilités.

 Et j’ai balancé. Je les connais.

Ceux qui achètent et attendent. Ceux qui achètent puis déclassent, ou font déclasser, par centaines d’hectares des pans entiers de collines au dessus d’un golfe aux eaux limpides pour les rendre constructibles, les faisant passer de maquis pour les sangliers à lots à 2 millions d’euros.

Je sais qu’il suffit d’un simple trait de crayon sur un zonage.

 Un simple trait de crayon, baguette magique transformant la terre en or.

Un trait de crayon, des millions d’euros»

Publicités

3 Réponses to “Un trait de crayon, des millions d’euros”

  1. Maryliliane Graziani janvier 12, 2013 à 5:46 #

    oui je connais le problème surtout au moment des successions, un coup le maire dit c’est constructible aprés ah non ça ne l’est plus et aprés ça le redevient quand ça l’arrange. mais je suis d’accord, ne bétonnez pas le littoral, laissez la beauté à la Corse.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Clichés : les Guignols s’attaquent à la Corse « Breizh Journal - janvier 25, 2013

    […] rancœur des autres, et des nouvelles pressions, toujours plus, pour transformer la terre en or. Un coup de crayon sur un zonage, c’est vite arrivé. Une bombe aussi. Mais une explosion plus importante menace tout le monde : […]

  2. La DREAL de Corse se plie à la loi du béton « Breizh Journal - février 20, 2013

    […] service illégal. Un trait de crayon sur un PLU, une modification de zonage, rapporte à coup sûr des millions d’euros. Générant un marché avec ses tensions, et la colère de la grande majorité des Corses qui […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :