Nouvelle opération d’expulsions à Notre-Dame des Landes

23 Nov

Depuis plusieurs jours, l’information avait suinté des vieux murs de la Préfecture. La fin de la semaine verrait moins de journalistes sur la ZAD et plus de policiers. L’occasion aussi pour les forces de l’ordre de ne pas s’avouer perdants face à l’extraordinaire mobilisation contre le projet illégal d’aéroport.

Destructions sur la ZAD – photo ZAD

A 7 h ce matin, il y avait donc des policiers devant la maison du Rosier, expulsable depuis deux jours et dans le Bois de Rohanne où des nouvelles cabanes poussent chaque jour. A 10 heures, ils sont toujours au même endroit, sans avoir avancé d’un pouce. Ils ne peuvent expulser au chantier, situé à l’ouest du Bois de Rohanne, mais emmènent le matériel. A midi, pas de grands changements, les policiers s’agglomérent tant dans le bois qu’autour de la maison du Rosier qui se trouve juste au sud du bois de Rohanne, près de la D81, autour de laquelle des barricades ont poussé et sont défendues. Des tirs de grenades assourdissantes sont effectués par les forces de l’ordre dans le Bois de Rohanne.

A 14 h, les opposants reprennent la maison de la Châtaignière, qu’ils avaient perdu vers dix heures. Des militants montent sur le toit, la situation se tend vers 15 h 30 alors que des pelleteuses amenées par les forces de l’ordre travaillent tout autour. Au Rosier, il y a un attroupement serré, paysans, opposants et occupants, qui empêchent les forces de l’ordre d’avancer. Néanmoins à 16 h 26, les murs de cette maison commencent à être démolis. A l’heure où nous écrivons, la situation reste tendue à la Châtaignière, où des tirs de grenades lacrymogène se font entendre. Des militants sont sur et dans la maison, encerclée par les forces de l’ordre. Des arbres ont été tronçonnés sur la ZAD par les forces de l’ordre. Dans le bois de Rohanne, il y a une forte concentration de policiers par terre et des militants dans les arbres où ils ont rebâti des cabanes. A 17h, les policiers commencent à quitter le bois de Rohanne alors que la nuit tombe doucement. Un quart d’heure avant, une déflagration assez forte a secoué le bois, son origine reste inconnue, peut-être un tir de plusieurs grenades assourdissantes.

Les opérations policières se concentrent alors sur la maison-ferme du Rosier et sur les alentours de la Châtaignière. A 18 h 30, la démolition de la maison du Rosier est achevée. C’est à dire que les forces de l’ordre auront patiné toute la journée sur la ZAD dans la grisaille pour démolir une seule maison et faire une razzia de matériel, c’est peu. La ZAD rapprte à 18h42 « les flics se sont amuser de crever les pneus de deux tracteurs, ils ont coupé la valve et roulé avec« . Vers 19h, la pelleteuse est bloquée par les militants et paysans qui ont rallié la Châtaignière, où les démolitions ne reprennent qu’une heure plus tard, une fois que les forces de l’ordre ont refoulé tout le monde.

Entre temps, en solidarité, 500 personnes se sont rassemblées à Paris, et la mairie de Saint-Affrique (Aveyron, maire PS) est occupée depuis 16 h 30. Dix gendarmes et les occupants sont actuellement bouclés dans ce Fort Chabrol du Rouergue.

Curieuse vision de la légalité à Notre-Dame des Landes. La légalité apparente – celle du pouvoir – met en oeuvre un projet illégal qui est celui de Notre-Dame des Landes, non conforme au droit de l’environnement et de l’eau. La légalité apparente – celle des forces de l’ordre, commettrait des actes de dégradation, perquisitionne chez un militant (hier) pour un mail que ce dernier aurait envoyé, et – bien que la Préfecture le démente – semble faire prendre aux militants qui s’opposent à son action des risques disproportionnés avec les actions desdits militants et les buts assignés aux forces de l’ordre. A contre-front, les occupants – illégaux le plus souvent – des parcelles défendent la légalité, puisqu’ils s’opposent à un projet illégal mis en oeuvre par des moyens qui franchissent (trop) souvent la ligne jaune.

Complément : l’arrêté prefectoral justifiant l’intervention de la journée, notamment sur le chantier où sept bâtiments en bois ont été construits la semaine dernière (lieu-dit la Lande de Rohanne, où la Châtaigneraie)

Advertisements

3 Réponses to “Nouvelle opération d’expulsions à Notre-Dame des Landes”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Notre-Dame des Landes résiste au déferlement policier « Breizh Journal - novembre 24, 2012

    […] Depuis hier, le pouvoir essaie à nouveau d’enlever la zone projetée pour l’aéroport de vive force. L’ordre est venu de Paris : Ayraultbespierre joue son gouvernement sur l’affaire Notre-Dame des Landes. Signe que les 30 à 40.000 manifestants de samedi ont échaudé les consciences hors de Bretagne. […]

  2. Combats contre la société industrielle et son monde » Archives du Blog » – Notre-Dame des Landes résiste au déferlement policier - novembre 24, 2012

    […] Depuis hier, le pouvoir essaie à nouveau d’enlever la zone projetée pour l’aéroport de vive force. L’ordre est venu de Paris : Ayraultbespierre joue son gouvernement sur l’affaire Notre-Dame des Landes. Signe que les 30 à 40.000 manifestants de samedi ont échaudé les consciences hors de Bretagne. […]

  3. Combats contre la société industrielle et son monde » Archives du Blog » – Nouvelle opération d’expulsions à Notre-Dame des Landes - novembre 24, 2012

    […] . Source: https://breizhjournal.wordpress.com/2012/11/23/nouvelle-operation-dexpulsions-a-notre-dame-des-landes… […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :