Heurts et malheurs du dialogue à Notre-Dame des Landes

28 Nov

L’insurrection de Notre-Dame des Landes commence à être un véritable problème pour le gouvernement, qui hésite sur la route à suivre, et souffle le chaud et le froid quand au devenir du projet. Pour l’heure, celui-ci est illégal  et la dernière opération visant à enlever de vive force les barricades s’est soldée par des voies de fait et des blessés multiples du côté des opposants à l’aéroport. Une certaine mauvaise conscience de la part des décideurs politiques pèse sur le projet. Jusqu’à l’empêcher de décoller?

 

Des précisions quant aux blessés : le médecin écrit à la Prefecture

Opération du 23/11 – photo ZAD

Le médecin qui est intervenu sur le site de la ZAD a écrit à la Préfecture afin de la pousser à modérer l’usage de la force lors des interventions des forces de l’ordre sur le site.  Elle cite une longue liste de blessés et d’atteintes : « 11 blessures par flashball touchant : le thorax pour 2 personnes avec un doute sur une lésion hépatique, la joue et la lèvre supérieure pour 1 personne avec probable lésion dentaire ou maxillaire, le genou pour 2 personnes, des doigts pour 2 personnes, la cuisse pour 2 personnes, les côtes pour 1 personnes avec doute sur fracture de côtes, le poignet pour 1 personne, 3 traumatismes de genoux, 2 traumatismes de poignets, 1 plaie tympanique, 1 choqué par gaz, 1 plaie de crâne suturée par 2 points et 1 plaie au crâne suturée par quinze points » et six blessures par explosion de grenade assourdissante dont elle insiste sur la « gravité » à cause des débris qui « pénètrent profondément dans les chairs risquant de léser des artères, nerfs ou organes vitaux. Nous avons retiré des débris de 0,5 à 1 cm de diamètre, d’aspect métallique ou plastique très rigide et coupant ». Elle confirme par ailleurs ce que nous relations dans notre édition du 24 novembre, c’est-à-dire qu’une ambulance de pompiers qui est intervenue sur la ZAD a été sciemment retardée par les gendarmes sur la RD81.

 

Des heurts sporadiques sur la ZAD

Plus que jamais, la Zone d’Aménagement Différé, emprise du projet aéroportuaire, mérite son nom bis de Zone A Défendre. Des heurts sporadiques s’y poursuivent depuis dimanche, sur diverses barricades. Officiellement, les forces de l’ordre sont là pour les enlever et rétablir l’ordre tout en occupant le terrain. De leur côté, les opposants font repousser inlassablement de nouvelles barricades, protégent les camions de matériel saisis de temps à autre par les policiers et les divers chantiers de reconstruction – notamment au village de la Châteigneraie (la   Chat Teigne), à l’ouest du Bois de Rohanne.

Lundi, une dizaine de gendarmes se sont déguisés en opposants avant de s’approcher d’une barricade sur la RD 281 et d’enfiler le brassard « gendarmes » juste avant l’intervention. Résultat : une barricade prise, trois personnes arrêtées et plusieurs blessés. Dans la matinée, les forces de l’ordre protégeaient les camions qui évacuaient les gravats de la maison-ferme du Rosier, ainsi que le chantier de fouilles archéologiques préventives à l’est de la ZAD, près du village de Chanais. Dans l’après-midi, les policiers ont pris plusieurs des barricades du Far Ouest et empilé leurs matériaux dans des bennes avant de les emmener.

La reconstruction continue – photo ZAD

Mardi, à 7 h 15, la barricade à l’est de la Châteigneraie (au hameau de Saint-Antoine) est enflammée par les opposants, les policiers sont juste devant. L’on apprend qu’Aéroports du Grand Ouest (AGO), le constructeur et l’exploitant du projet d’aéroport, a déposé plainte contre les constructions à la Châteigneraie, au motif qu’elles sont illégales au vu du Code de l’Urbanisme. Le jugement en référé se tiendra le 4 décembre. Vers 11 h 00, les policiers se déploient le long de la RD81. A 14 h00, la préfecture appelle des proches de la coordination pour les prévenir que les forces de l’ordre viennent, non pas pour s’attaquer à la Châteigneraie, mais pour enlever des barricades autour du Rosier. A 15 h 00, une cinquantaine de policiers se déploient dans le Bois de Rohanne tout proche, pour vérifier où et comment reconstruit-on dans ce coin. Résultat des courses, à 15 h 30, les policiers attaquent la barricade du chemin du Suez, puis d’autres au Rosier, qui tiennent jusqu’à 18 h 20 puis cèdent ; les opposants se barricadent plus en retrait. A 19 h 40, il y a une forte présence policière au sud et à l’est de la Châteignerie (Bois de Rohanne, chemin de Suez, RD81, Rosier) mais les policiers finissent par lever le camp assez rapidement.

Mercredi, journée plus calme. Vers midi 20, un camion chargé de matériel de construction pour les chantiers de réoccupation est bloqué, les policiers marquent leur présence tout au long de la RD81, de la Vacherie au carrefour de la Saulce. Ils ont amené une pelleteuse pour le cas où des barricades fermeraient la route, ce qui n’était pas le cas. Matériel et policiers se rembarquent direction Vigneux à 18 h 15. Pendant ce temps là, partout où a eu lieu l’affrontement hier, de nouvelles barricades, plus fortes, plus solides, plus nombreuses, se construisent. Aucune journée n’est perdue pour la lutte.

 

Gendarme démissionnaire : rumeur ou vérité ?

Lundi, sur le site de la ZAD, on pouvait lire « un flic a collé un autocollant NON a l’aéroport avant de démissionner, un humain s’est rappelle qu il etait avant tout humain ! ». En fait, il s’agit d’une photo prise par une zadiste et republiée par Rennes TV qui a lancé la rumeur. Elle représente un gendarme qui a collé sur sa tenue anti-émeute le badge « non à l’aéroport, et qui charge. Nous avons joint le groupement de gendarmerie de Loire-Atlantique : aucune démission n’a été constatée ces derniers jours, pour quelque raison que ce soit, dans les rangs des gendarmes du département tout au moins.

 

Le Grand Ouest se démasque

Certains militants Bretons étaient favorables à l’aéroport de Notre-Dame des Landes, au motif que la Bretagne (unie) avait besoin d’un aéroport international. Et ce bien qu’elle en ait déjà deux : Rennes, et Nantes. Maintenant, les illégalités et voies de fait multiples, tant du projet que de sa mise en œuvre, les font réfléchir à deux fois. Tout comme les prises de parole des « élus du Grand Ouest » vent debout contre la « poignée d’opposants » qui risque de mettre en péril le projet fondateur de leur chimère. Après avoir déclaré que « l’avenir de la Région n’est pas dans des cabanes », Jacques Auxiette, président de la région Pays de La Loire, joint sa voix à celle d’autres mandarins socialistes de Bretagne administrative, du Poitou, du Maine et d’ailleurs pour empêcher que Notre-Dame des Landes devienne le « Larzac de l’ouest ».

 

Un dialogue encore possible ?

Le feuilleton des élections de l’UMP et celui de Notre-Dame des Landes ont au moins deux points communs : une forte implication du politique et la difficulté d’établir un dialogue. Parce que les avis divergent sur les bases de celui-ci. Du côté de la paroisse Notre-Dame de la Paix sur Isac, dont le centre est Blain et Notre-dame des Landes l’extrémité sud, l’on dénonce la « radicalisation » de la lutte et l’on se pose en médiateur.

Le gouvernement a proposé une commission de dialogue, avec comme préalable posé par Ayrault le « gel de toutes les constructions illégales sur le site » en l’échange de l’arrêt des interventions policières. La coordination des opposants répond que c’est impossible, et se déclare prête à « libérer les routes » (actuellement, la RD281 et divers chemins sont barricadés par des opposants)  en demandant comme préalable à toute négociation que les forces de l’ordre quittent la ZAD. Solution politiquement impossible pour le pouvoir qui aurait l’impression de cèder à la rue et à l’illégalité apparente, mais qui pourrait bientôt s’imposer tant le dossier Notre-Dame des Landes devient un boulet pour le gouvernement Ayrault.

Localement, le Modem et le PCF Vendée ont appelé à un « moratoire » sur le projet. Au plan national, l’UDI a appelé il y a trois jours le PS et le gouvernement à abandonner le projet dans sa forme actuelle et à lancer une médiation, tandis que Marine le Pen s’est déclarée il y a une semaine « du côté » des opposants.  Le PS, lui, s’accroche mordicus. Frédéric Espagnac, l’un de ses deux porte-paroles, à déclaré que « le projet se fera dans tous les cas de figure ». De quoi mettre un avis de tempête sur le frêle espoir de dialogue.

De son côté, la coordination des opposants maintient la pression. Elle tient le terrain, et peut s’appuyer sur la Coordination paysanne, qui relaie la lutte dans toutes les campagnes de France et de Bretagne. Comme naguère le Larzac ou la réforme de la PAC ; Notre-Dame des Landes est un sujet qui fait parler dans les chaumières, et attire les tracteurs dans d’interminables opérations escargot. La mobilisation en ligne se poursuit. Alors que le groupe Facebook contre l’aéroport a dépassé maintenant les 22.000 membres (il en comptait 8.000 le 16 octobre), une pétition en ligne a été déposée et compte plus de 11.000 signataires.

 

Notre-Dame des Landes : à Tours, on y croit vraiment

L’aéroport Tours Val de Loire croit tellement à la possibilité d’un nouvel « aéroport international » à Nantes qu’il vient d’achever de grands travaux de rénovation, comme nous l’apprend la Nouvelle République du jour. Qui donc, si Nantes se dote d’un aéroport international voire interstellaire, ira prendre l’avion de Tours et pour aller où, si toutes les grandes destinations internationales seront trustées par Notre-Dame des Landes ? Ce n’est sans doute pas pour assurer des vols vers le (très vide) aéroport d’Angers, Nantes, Rennes et Paris que la SNC-Lavallin, gestionnaire de l’aéroport, vient de dépenser 1.5 millions d’€ pour étendre les salles d’arrivée, rénover l’aérogare et les salles d’embarquement, aménager un espace restauration aux normes. L’aéroport a accueilli en 2012 160.000 passagers, contre 123.137 en 2010. Le gestionnaire met la barre à 230.000 dans un horizon de cinq ans. Un chiffre inatteignable si Notre-Dame des Landes est mis en place. Mais à Tours, on y croit vraiment, à l’aéroport international du « Grand Ouest ».

Publicités

4 Réponses to “Heurts et malheurs du dialogue à Notre-Dame des Landes”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Heurts et malheurs du dialogue à Notre-Dame des Landes | Vrac de blogosphère sur l'actu | Scoop.it - novembre 29, 2012

    […]   L’insurrection de Notre-Dame des Landes commence à être un véritable problème pour le gouvernement, qui hésite sur la route à suivre, et souffle le chaud et le froid quand au devenir du projet. Pour l’heure, celui-ci est illégal et la dernière opération visant à enlever de vive force les barricades s’est soldée par des voies de fait et des blessés multiples du côté des opposants à l’aéroport. Une certaine mauvaise conscience de la part des décideurs politiques pèse sur le projet. Jusqu’à l’empêcher de décoller?  […]

  2. Heurts et malheurs du dialogue à Notre-Dame des Landes | Notre Dame des Landes | Scoop.it - novembre 29, 2012

    […] L’insurrection de Notre-Dame des Landes commence à être un véritable problème pour le gouvernement, qui hésite sur la route à suivre, et souffle le chaud et le froid quand au devenir du projet. Pou…  […]

  3. NDDL : Le tribunal de Saint-Nazaire remet en question l’opération du 5 décembre « Breizh Journal - décembre 4, 2012

    […] – puisque se déroulant sur un terrain privé non exproprié – elle s’est soldée par de nombreux blessés  et diverses voies de fait, sans parvenir de plus à dessouder les divers opposants (paysans, […]

  4. [NDDL] : Le tribunal de Saint-N azaire remet en question l’opération du 5 décembre « Breizh Journal | Comité d'Action AntiMondialisation Libérale de Gironde - décembre 6, 2012

    […] – puisque se déroulant sur un terrain privé non exproprié – elle s’est soldée par de nombreux blessés  et diverses voies de fait, sans parvenir de plus à dessouder les divers opposants (paysans, […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :