Mobilisation générale pour la ferme de Bellevue à NDDL

27 Jan

Une ferme de la ZAD risque de devenir le prochain champ de bataille de Notre-Dame des Landes. Il s’agit de la ferme de Bellevue, dont l’exploitant est parti dans la plus grande discrétion samedi soir, abandonnant sa ferme – des hangars et une longère en pierre – à deux vigiles payés par AGO-VINCI. La destruction de la ferme devrait commencer demain matin. L’ACIPA a diffusé un communiqué appellant à l’occuper immédiatement et rapidement, avant demain matin.

Dans la soirée de dimanche, vers 19h, des « tracteurs vigilants » des agriculteurs opposés au projet d’aéroport ont été déplacés autour de la ferme pour s’opposer à sa destruction et au passage tant des engins de chantier que des forces de l’ordre. Dimanche vers 20h, la ferme a été occupée par des zadistes et des paysans, les vigiles sont partis. Actuellement – à 22 h 30 – il y a plus d’une centaine de paysans et de zadistes, et 50 tracteurs autour de la ferme. Près de 50 autres tracteurs sont attendus demain sur les lieux. « On est là pour que la ferme reste debout. Nous sommes déterminés, notre moral est bon », nous explique Dominique Guitton, agriculteur opposé au projet.

Bellevue, c'est là. Sur la nouvelle carte IGN disponible sur Geoportail, l'axe des pistes (en grisé sur notre image) est déjà indiqué.

Bellevue, c’est là. Sur la nouvelle carte IGN disponible sur Geoportail, l’axe des pistes (en grisé sur notre image) est déjà indiqué.

Le départ de l’exploitant « attendu et prévisible »

Vue de la ferme de Bellevue (2011)

Vue de la ferme de Bellevue (2011)

A la vérité, le départ de l’exploitant, Serge Durand, était attendu par un peu tout le monde. L’exploitant avait en effet eu par le passé des bisbilles avec les zadistes – ces militants opposés à l’aéroport qui se sont installés plus ou moins illégalement sur l’aire prévue pour le projet, la ZAD – des « troubles de voisinage » qui ont fait la une des journaux locaux lorsqu’il a eu une discussion animée au cours de laquelle l’agriculteur a pris un coup de « porte de clapier » et a porté plainte. Il a par la suite retiré sa plainte, mais ses relations avec les zadistes, qui l’accusaient d’être dans le camp de Vinci, sont devenues exécrables. Un proche de l’agriculteur à l’époque nous explique sous le couvert de l’anonymat : « les zadistes occupaient une ferme à côté, celle du Rosier [maintenant détruite] et lui ont emprunté, en lui demandant, des outils et un de ses hangars. Il a eu un mal fou à récupérer son hangar quand il en a eu besoin, et pour les outils, pareil. Puis, avec toutes les pressions, l’affaire s’est envenimée jusqu’à plus possible ». Toujours est-il que l’agriculteur louait, en connaissance de cause, ses bâtiments et ses terres au Conseil Général et les a donc rendu, après avoir été réinstallé à Plessé. Tout cela, dans une grande discrétion – qui trouverait, d’après une source proche du dossier, un juste prix auprès de Vinci – mais qui n’a pas suffi à tromper les agriculteurs opposés au projet. Le départ de l’exploitant était en effet annoncé comme imminent depuis début décembre.La leçon de Saint-Jean du Tertre

Ceux-ci ont en effet été échaudés par la destruction, très discrète et sans heurts, de la ferme de Saint-Jean du Tertre. Délaissée par ses habitants le 11 janvier, cette ferme située tout à l’ouest de la ZAD a été détruite du 15 au 17 janvier. Un choc pour les occupants du site, d’autant plus qu’il s’est avéré que « certains camarades étaient cependant au courant de la destruction en cours de cette ferme, mais ils n’ont lancé aucun appel à la défendre. Apparemment, parce qu’ils n’y voyaient pas l’intérêt et/ou qu’ils  pensaient que la ZAD n’en aurait pas l’énergie. » En effet, ces dernières semaines, il y a moins de monde qui occupe la ZAD – les conditions hivernales étant difficiles sur place, certains zadistes sont partis se reposer ailleurs. Cependant, les militants devraient revenir dès qu’il y aura une nouvelle alerte, comme en ce moment. Dominique Fresneau commente pour BreizhJournal : « cette affaire nous a servi de leçon, maintenant nous on va surveiller de beaucoup plus près ce qui se passe sur la ZAD » pour défendre les lieux de vie en dur. La ferme de Bellevue est d’autant plus symbolique que « c’est la première ferme menacée qui est encore en activité ».

D’autres fermes concernées

En effet, d’autres fermes sont menacées par des destructions très prochaines, elles-mêmes motivées par la volonté d’éviter que les bâtiments vides ne soient immédiatement occupés par des opposants. A la Geneslière sur la RD81 un agriculteur loue sa ferme depuis 40 ans au Conseil Général. « Mais il n’est pas près de bouger, et il faudra aussi le déloger », commente Dominique Fresneau. Au Chantier Frais, le collectif paysan COPAIN44 (opposé à l’aéroport) dément toute volonté de départ de la part de l’exploitant installé sur place.

Carte 1/25000e de l'ouest de la ZAD avec situations de Bellevue, du Chantier Frais et de St Jean du Tertre.

Carte 1/25000e de l’ouest de la ZAD avec situations de Bellevue, du Chantier Frais et de St Jean du Tertre.

Publicités

5 Réponses to “Mobilisation générale pour la ferme de Bellevue à NDDL”

  1. andree basso (@ecolo68) janvier 28, 2013 à 8:52 #

    trste ,il a été acheté par vivendi – c’est la perte de nos terres cultivables – on se bat en indonesie et au bresil – en france , on laisse faire – il faut se mobiliser – chaque terre industrialisée est une perte pour la nature – ils n’ont qu’a utilisé les anciennes industries laissés a l’abandon et que personne ne songe a dépolluer !!

  2. YL février 3, 2013 à 2:04 #

    Ils dénoncent le capitalisme et l’exploitation des humains , mais exploitent les animaux…c’est pas éthique tous ça.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Mobilisation générale pour la ferme de Bellevue à NDDL | ACIPA | Scoop.it - janvier 27, 2013

    […] Une ferme de la ZAD risque de devenir le prochain champ de bataille de Notre-Dame des Landes. Il s’agit de la ferme de Bellevue, dont l’exploitant est parti dans la plus grande discrétion samedi so…  […]

  2. Mobilisation générale pour la ferme de Bellevue à NDDL | FNAUT Pays de la Loire | Scoop.it - janvier 28, 2013

    […] Une ferme de la ZAD risque de devenir le prochain champ de bataille de Notre-Dame des Landes. Il s’agit de la ferme de Bellevue, dont l’exploitant est parti dans la plus grande discrétion samedi so…  […]

  3. NDDL : le tribunal confirme l’expulsion de la ferme de Bellevue | Breizh Journal - mars 28, 2013

    […] l’expulsion immédiate de la ferme de Bellevue, occupée par les paysans et des opposants depuis le 27 janvier 2013. Cette robuste ferme en bon état général  dont dépendent 124.5 hectares de terre est peu à […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :