NDDL : l’occupation de la ferme de Bellevue jugée le 20 février

15 Fév

Depuis le 27 janvier 2013, des paysans et des zadistes occupent la ferme de Bellevue, située à l’ouest de la zone prévue pour le projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes  afin d’éviter sa destruction. Depuis le 3 février, la ferme est à nouveau occupée par des animaux et est exploitée par des agriculteurs du collectif COPAIN 44. L’objectif est d’éviter que ses 130 hectares ne soient mis en état de friche et de bourbier par les fouilles archéologiques.

façade de la ferme

façade de la ferme

Le 14 février, le collectif d’agriculteurs COPAIN 44 écrit que « six vaches, une dizaine de moutons, une douzaine de poules et un cochon provenant d’une dizaine d’élevages différents » sont maintenant les résidents permanents de la ferme. Dès le dimanche 27 janvier, une personne a accepté de se déclarer résidente permanente de la ferme, mettant en œuvre un artifice juridique similaire à celui des occupants de la Chat Teigne. Si cette personne est reconnue comme résidente, elle pourra bénéficier de la trêve hivernale et son expulsion nécessitera une procèdure d’expulsion en bonne et due forme.L’aménageur AGO Vinci a déposé plainte en référé en indiquant qu’il y a eu effraction et voie de fait, afin d’obtenir l’autorisation de procèder à une expulsion immédiate des occupants – hommes et animaux – de la ferme. Cependant, celle-ci était grande ouverte au départ de l’agriculteur qui la louait au Conseil Général dimanche 27 à midi, et même partiellement endommagée par celui-ci. En effet, comme on peut le voir sur ces images prises le matin du 28 janvier il a défoncé au tracteur les portes des granges et la remise du four pour en récupérer les lourds et beaux linteaux de granit.

L’examen du référé portant sur l’occupation de la ferme aura lieu le 20 février à 9h00 au tribunal administratif de Saint-Nazaire. Au sein des 7 structures qui font partie du collectif COPAIN 44, dix personnes se sont portées volontaires pour comparaître en justice le jour de l’audience. Cependant, d’ores et déjà, le collectif appelle à ce que « la ferme reste occupée quelles que soient les évolutions juridiques ». C’est pourquoi il demande « une forte présence paysanne » et militante. Une campagne de travaux de remise en état tant de la ferme (électricité, peinture, abords) que de ses annexes (four à pain et bâtiments agricoles) est en cours depuis début février et nécessite des bras.

Publicités

3 Réponses to “NDDL : l’occupation de la ferme de Bellevue jugée le 20 février”

  1. Renée février 15, 2013 à 7:55 #

    À NDdL toute la logique est à l’envers.
    Il me semble qu’il faudrait plutôt que le CG44 porte plainte contre son locataire pour dégradation des lieux et vol de matériaux, non ?
    Mais il rend trop service à cette collectivité qui clame être POUR l’aéroport, en laissant les lieux sans défense…
    Alors maintenant la plainte est de Vinci contre ceux qui le remplacent…
    À l’envers je vous dis…
    Comment est-il relogé à Plessé ?

Trackbacks/Pingbacks

  1. NDDL : le tribunal ordonne l’expulsion immédiate de la ferme de Bellevue | Breizh Journal - février 28, 2013

    […] d’instance de Saint-Nazaire. Cette ferme dont le sort devait être tranché le 20 février https://breizhjournal.wordpress.com/2013/02/15/nddl-loccupation-de-la-ferme-de-bellevue-jugee-le-20-f… se trouve à l’ouest de la ZAD et est en parfait état de conservation. Les occupants paysans de […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :