Notre-Dame des Landes est-elle née sous le signe de la gabegie ?

15 Mar

Quand l’on cherche sur Internet  des informations sur la commune qui va peut-être accueillir l’ex-futur aéroport de Nantes, on tombe un peu partout sur la nouvelle que sa première église a été démolie pour malversations. A croire que cette paisible bourgade est née sous le signe de la gabegie.

cot-sud-53b5d6Quel rapport entre l’église et la naissance de Notre-Dame des Landes ? A l’origine du monde, enfin de Notre-Dame, il n’y avait rien. Que des landes indivises, entre Fay et Héric, et quelques misérables hameaux, comme Villeneuve, qui dépendaient du château du Gâvre. A l’emplacement même de l’actuel village, une ferme perdue au milieu de nulle part. Jusqu’à ce qu’un curé bâtisseur commence une église en 1846 auprès de cette ferme, autour de laquelle un village s’était peu à peu constitué, et l’inaugure un an après.

Une commune au milieu de nulle part, quel pari fou ! Les communes de Fay et d’Héric ont naturellement été contre l’amputation prévisible de leurs territoires et paroisses, si bien que les habitants de Notre-Dame des Landes se sont débrouillés eux-mêmes, et n’ont jamais demandé un sou de subvention pour construire leur église. C’était l’époque glorieuse où les landes jadis vaines et indivises étaient partagées entre les communes, et des fermes nouvelles, portées par le développement des techniques agricoles, venaient s’installer toujours plus loin dans la lande. C’est l’époque où les étendues blanches et non divisées qui perlaient encore les plans cadastraux Bretons disparaissent peu à peu, tant à Campbon qu’à Guenrouët, à Quilly, Blain ou Héric. C’est l’époque où, sur ce qui fut un désert jaillissent et fleurissent Saint-Emilien de Blain, La Chevallerais, la Grigonnais, Notre-Dame de Grâce et bien d’autres, où la charrue et la hache repoussent toujours plus loin les limites de la frontière intérieure des landes. C’est l’âge où notre pays se couvrait d’églises neuves, pour effacer les stigmates d’une Révolution qui a bien failli réaliser son but, c’est-à-dire abattre la Bretagne.

Reste que les récoltes sont mauvaises et les revenus faibles, donc l’église est construite peu à peu. En 1863, elle est achevée malgré les tempêtes et l’absence d’architecte. Ce sont les travaux du clocher qui commencent, toujours sans autre architecte que le curé, l’an suivant ils sont achevés et la bataille pour l’indépendance de Notre-Dame des Landes fait rage. Les communes de Fay et de Héric se rendent peu à peu compte qu’elles ne sauront s’occuper dignement d’une bourgade située à 8 km de Fay et 6 d’Héric, et ce par de mauvais chemins, la RD16 n’existant pas encore. Une bourgade qui aspire à son indépendance, groupée comme un village chouan auprès de son église, à l’abri des taillis et des étendues désertes. La loi se rend elle-même à l’évidence, et le 22 septembre 1871, la commune est érigée, l’on taille au ciseau dans les territoires de Fay et de Héric pour l’instaurer.

En attendant, l’église, fragile et construite de façon à revenir le moins cher possible, se dégrade. En 1877, la jeune commune fait appel à l’architecte nantais Mathurin Fraboulet, qui serait bien tenté de tout mettre par terre et de reconstruire, mais qui le paiera ? Pas les faibles revenus de la commune, en tout cas. Si bien qu’il propose la réfection des transepts et du chœur, et que seuls les premiers seront effectivement reconstruits, et achevés en 1889.  Un demi-siècle passe. En 1930, la foudre abîme la fine flèche, qui doit être réparée. Et en 1937, deux clochers, ceux de Notre-Dame des Landes et de la Pâquelais, sont foudroyés en une nuit. De guerre lasse, les landais abattent leur flèche et la remplacent par un modeste toit en pavillon, choix heureux puisqu’il couvre toujours le clocher de nos jours.

Contrairement à la légende constituée par l’erreur originale d’Infobretagne et répandue par la véritable machine à copier qu’est Internet, Notre-Dame des Landes n’est pas marquée par le sceau d’une gabegie originale. Au contraire, ce bourg est l’œuvre de foi et de volonté de ces fondateurs, qui ont eu à faire concorder la pauvreté de leurs moyens et la richesse de leur inventivité. Des qualités que les Français associent souvent aux Etats-Unis, alors qu’elles sont tout simplement…Bretonnes. Des qualités qui aujourd’hui rendent encore plus difficiles la spoliation des paysans entre Notre-Dame des Landes et Vigneux… puisque bien souvent, ce sont leurs ancêtres directs qui ont fait de landes désertes, boueuses, humides et incultes une terre capable de nourrir les hommes. Ainsi, une histoire locale tissée de foi, de courage et de travail acharné, déterminé et ininterrompu s’oppose, elle aussi, à un certain Ayraultport du Grand Ouest.

Publicités

2 Réponses to “Notre-Dame des Landes est-elle née sous le signe de la gabegie ?”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Notre-Dame des Landes est-elle née sous le signe de la gabegie ? | FNAUT Pays de la Loire | Scoop.it - mars 16, 2013

    […] Quand l’on cherche sur Internet des informations sur la commune qui va peut-être accueillir l’ex-futur aéroport de Nantes, on tombe un peu partout sur la nouvelle que sa première église a été démo…  […]

  2. Notre-Dame des Landes est-elle née sous le signe de la gabegie ? | information en continu sur la lutte contre l'aéroport Notre Dame des Landes | Scoop.it - mars 16, 2013

    […] Quand l’on cherche sur Internet des informations sur la commune qui va peut-être accueillir l’ex-futur aéroport de Nantes, on tombe un peu partout sur la nouvelle que sa première église a été démo…  […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :