Municipales 2014 : Avis de tempête pour le PS en Bretagne

22 Mar

Les services du Premier Ministre viennent de prendre connaissance d’études très confidentielles dressées pour évaluer les chances de survie des candidats PS et gauche aux municipales. Si, partout en France, le premier ennemi de la gauche… c’est la gauche au pouvoir, la Bretagne sur ses cinq départements est particulièrement remontée. Avis de tempête en terre rose.

Il n'en reste pas moins que tous les problèmes dont se plaignent les Bretons ont la même origine : Paris.

Il n’en reste pas moins que tous les problèmes dont se plaignent les Bretons ont la même origine : Paris.

Qu’est-ce qui énerve les Bretons ? Dans l’ouest et le nord, la hausse des matières premières et la crise subséquente des industries agroalimentaires. A l’est et au sud, le passage en force du gouvernement à Notre-Dame des Landes et l’ouverture aux homosexuels du mariage voire de l’adoption. Partout : la hausse du chômage qui touche un territoire jusqu’alors épargné, la façon brouillonne de conduire les affaires du gouvernement, les hausses à la fois dérisoires – par leur utilité – et confiscatoires de la fiscalité directe et indirecte. Les études sont formelles : nombre de villes peuvent basculer aux municipales et la Bretagne peut se colorer à nouveau en bleu, à l’ouest et à l’est.L’on constate au passage que le bilinguisme Breton et la Charte des Langues régionales n’intéressent pas les Bretons. Encore une fois, les diverses formations politiques bretonnes semblent à côté de la plaque en défendant des intérêts très minoritaires – à peine partagés par l’ensemble des brittophones soit 5 à 10% de la population. Ce manque de réalisme a déjà perdu les partis Bretons lors des législatives  et risque de frapper à nouveau en 2014. Il est bien connu cependant qu’en période de crise surtout, « ventre affamé n’a point d’oreilles », mais il reste encore impensable que les formations nationalistes Bretonnes se penchent sur le sort, par exemple, des ouvriers ABRF de Châteaubriant  ou sur la crise de l’agroalimentaire, pour écouter les Bretons et proposer des solutions à leurs maux.

Si bien que finalement, Ayrault peut dormir sur ses deux oreilles. Même si les travaux à Notre-Dame des Landes sont abandonnés avant les municipales, 2014, c’est dans un peu moins d’un an (le 9 et le 16 mars), d’ici là, le gouvernement peut espérer que l’extraordinaire élan lancé par l’opposition au projet se sera calmé, notamment du fait de l’hétérogénéité des divers opposants. De plus, au niveau national, l’UMP est paralysé par ses soucis financiers et la guérilla qui démotive les troupes locales divisées entre fillonistes et copéistes alors que les seconds verrouillent peu à peu le parti. L’UDI, de son côté, fait une tambouille politicienne assez trouble au lieu de s’élancer dans la campagne, et pourrait abandonner au passage son objectif – encore réalisable – de devenir le premier parti de la droite et du centre en allant chasser sur les terres roses depuis longtemps comme le sont la Bretagne et le sud-Ouest.

Un moyen simple de se rendre compte de l’indécision et de l’impréparation de l’opposition : la gauche, dans les villes qu’elle veut conquérir, comme Marseille  ou Orléans a déjà désigné ses candidats, alors même que cinq candidats de l’UMP et de l’UDI tournent autour du pot à Nantes – un seul s’étant pour l’heure déclaré, Loïc Maurice, du CNIP – et qu’il n’y a pas de candidat fédérateur ni ici, ni dans bien d’autres villes comme à Lyon. Bref, 2014 est le moment où jamais pour que la Bretagne, et en premier lieu, sa capitale, Nantes, rebasculent à droite ou au centre. Mais seule la gauche a pris conscience de ce risque et entreprend, déjà, de faire un nouveau « mur de l’Atlantique » pour bétonner ses positions Bretonnes. Il est temps que l’opposition ou ce qui tient lieu d’alternative se réveille.

Publicités

4 Réponses to “Municipales 2014 : Avis de tempête pour le PS en Bretagne”

  1. PEYNOT Geneviève mars 22, 2013 à 11:20 #

    Ni gauche, ni droite, ce ne sont pas les parties politiques qui nous sortiront de là, arrêtons le leur faire confiance, de leur donner un chèque en blanc. Ils ne font qu’enfoncer la situation qui bientôt deviendra insolvable. C’est la prise de conscience des citoyens eux-mêmes, de leurs choix, de leurs engagements, de leur courage pour adopter une vie plus responsable, plus sobre et plus simple, prise de conscience également qu’ils représentent la force qui peut faire la différence, qui remettra les pendules à l’heure. Alors qu’attendons-nous pour retrousser nos manches, ne pas rester dans l’individualisme, le consumérisme, pour refuser ce qui va à l’encontre de la justice, du droit humain etc. ………

    • le sauze mai 26, 2013 à 10:14 #

      tous beaux parleurs,menteurs et faux-culs…..

Trackbacks/Pingbacks

  1. NDDL : l’expulsion de Bellevue et de la Châtaigne sera plus difficile que jamais | Breizh Journal - mars 26, 2013

    […] et les illégalités diverses et variées. Politiquement, le gouvernement a plutôt intérêt, pour sauver la mise aux municipales de laisser couler le dossier, le temps que les recours des propriétaires légaux soient épuisés, […]

  2. L’UMP nantaise se prépare à torpiller la campagne des municipales | Breizh Journal - mai 3, 2013

    […] y a un mois et demi, nous dévoilions que les services du Premier Ministre étaient tout à fait inquiets  quant au résultat des municipales en Bretagne et dans l’ouest intérieur (Maine, Perche, […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :