Gay pride dans le calme à Nantes ; les nationalistes ont protégé la Cathédrale

16 Juin

Hier avait lieu la marche des fiertés à Nantes. Une foule assez clairsemée – majoritairement composée des LGBT (lesbiennes, gays, bi et trans) ainsi que de jeunes se trémoussant sur des musiques techno-bêtifiantes – a parcouru les rues nantaises. Estimée à 5000 personnes par Ouest-France et à 2000 par la police, la manifestation a rassemblé tout au plus 3500 personnes, le cortège étant ça et là parsemé de larges trous.

Gay pride au Bouffay

Gay pride au Bouffay

Dans l’ensemble, cette manifestation a eu lieu sans heurts, malgré la présence de 150 « antifas » de la CNT et du NPA qui voulaient clairement « casser du facho ». Suite aux profanations commises sur la Cathédrale et à la dégradation de la librairie Dobrée, les forces de l’ordre, sentant le climat délétère, ont barricadé les alentours de la Cathédrale. Cinq camions de gendarmes mobiles derrière – pour dissuader les éléments très mobiles des antifas de jouer au chat et à la souris avec les forces de l’ordre. Une grande barricade antiémeutes et deux cordons de CRS dans la rue du général Leclerc, dans l’axe de la rue de l’Hôtel de Ville vers la Cathédrale ; un jeune homme en roller qui tente de le franchir en venant de la Cathédrale est fermement intercepté par quatre agents et mis contre un mur ; efficace et sans violence. Et des camions fichés en travers des rues adjacentes, gardés par des CRS en nombre. Plus de 150 agents ont été commis à protéger la Cathédrale, qui de fait est restée ouverte toute l’après-midi. « En cas de problème, les policiers envahissent la Cathédrale dans l’instant », explique ainsi à BreizhJournal un des guides conférenciers.

Ambiance d’orage sur Nantes

Les nationalistes sur le parvis

Les nationalistes sur le parvis

A l’appel du Renouveau Français (RF), une soixantaine de jeunes – et moins jeunes – sont venus protéger la Cathédrale ; sur le parvis, deux policiers en civil les surveillaient. Hors la vingtaine de jeunes du RF, l’on pouvait constater la présence de quelques membres de Jeune Bretagne, de jeunes royalistes, de huit frontistes – dont la tête de liste nazairienne Jean-Claude Blanchard et le chef de file du FN baulois Didier Vernet – et de jeunes non encartés, mais « indignés » par la profanation récente de la Cathédrale. Thomas, l’un d’eux, explique le climat délétère qui plombe Nantes : « les antifas ont l’impression de marcher sur l’eau ; ils taguent les vitrines [allusion à la librairie Dobrée], profanent la Cathédrale, et maintenant on peut se faire ziguer si l’on a l’air d’un catho bourge et qu’on porte un polo. Délit de faciès. » Ziguer ? « Oui, ils miment un sieg heil afin de provoquer ». Récemment, un fait divers meurtrier a été évité : trois jeunes royalistes locaux qui marchaient dans la rue ont fait fuir deux antifas ; ils sont revenus à trois, « le dernier portait un [couteau à] cran d’arrêt et un pistolet 9 mm. Bref, non seulement ils cherchent la confrontation, mais ils aimeraient venger leur camarade Méric ». Sur internet, des appels au meurtre et à la violence circulent sur les réseaux des antifascistes locaux. Toute cette activité névrosée rend encore plus étonnant le décalage avec l’action publique – dissolution de groupes nationalistes et arrestation de militants pacifiques à Paris.

Face à face tendu rue de Strasbourg

Face à face tendu entre antifas et frontistes

Face à face tendu entre antifas et frontistes

A 16h 25, lorsque la « marche des fiertés » débouche de l’axe BMV (Barillerie-Marne-Verdun) dans la rue de Strasbourg pour tourner dans la rue de l’Hôtel de Ville adjacente, les policiers renferment leurs barricades encore plus – ne laissant comme soupape de sécurité que la petite rue des Carmélites, et les nationalistes glissent du parvis de la Cathédrale à l’extrémité de la place Saint-Pierre, avec une banderole « Homofolie ça suffit ». De la foule LGBT émerge des éructations « Facho, catho ! » tandis que l’on voit au loin une pancarte « Boutons Boutin hors de France ». Capuchés et masqués, des antifas remontent le cortège pour venir évaluer les forces de l’ordre. Puis reviennent à leurs rangs et se préparent à une petite station devant la Cathédrale pour insulter l’Eglise. Derrière deux des trois chars, l’ambiance est bien plus festive : jeunes qui se trémoussent, frite gonflable Durex à la main, sur une musique techno où dominent les basses. Sur la place, courageux, les nationalistes répondent par le slogan « Première, deuxième, troisième génération, nous sommes tous des enfants d’hétéros » et d’autres encore

Les insultes fusent. les frontistes reculent, les antifas restent maîtres du terrain

Les insultes fusent. les frontistes reculent, les antifas restent maîtres du terrain

Il est 16 h 30 quand de la rue des Carmélites surgissent dans la rue de Strasbourg Gauthier Bouchet – fils de la tête de liste locale du FN pour les municipales – et quatre de ses affidés, dont plusieurs ont un look très typé. Ils remontent la rue vide et arrivent à six mètres de la manifestation qui tourne, au moment où passent un petit groupe d’antifas – une trentaine d’individus. L’un d’eux s’avance vers la tête de liste frontiste et l’invective violemment, se plaçant tout contre lui. Il laisse dire, et recule avec ses féaux. Les antifas s’avancent, en criant « Pas de quartier pour les fachos, pas de fachos dans nos quartiers ». Ils réussissent leur démonstration de force ; pendant celle-ci, l’un d’eux lance quelques petits cailloux vers les frontistes qui partent, sans demander leur reste. Un des antifas, particulièrement remonté, qui s’est jeté en direction des frontistes, est arrêté par une jeune femme du service d’ordre de la manifestation, qui se jette littéralement sur lui, et le ramène manu militari dans le rang.

Le rassemblement devant la Cathédrale se disperse aux environs de 17 heures, les agents levant le camp dans la foulée ; la fin de la gay pride s’est déversée sur le carrefour des lignes de tram à Commerce, provoquant une longue interruption de tout trafic. Si les antifas ont réalisé leur démonstration de force, on pourra nous demander cependant quelle mouche a piqué Gauthier Bouchet d’aller chercher l’affrontement, et l’aurait-il fait s’il n’y avait pas une cinquantaine de CRS dans les environs prêts à fondre dans la minute sur tous ceux qui déclencheraient des heurts. La Cathédrale, elle, s’en sort indemne. Dans le ciel sans ombre de la rue Saint-Clément, un drapeau breton et un drapeau LGBT s’enlacent, dominés par la fine silhouette d’un clocher.

Publicités

5 Réponses to “Gay pride dans le calme à Nantes ; les nationalistes ont protégé la Cathédrale”

  1. zouzou juin 16, 2013 à 11:34 #

    « Si les antifas ont réalisé leur démonstration de force, on pourra nous demander cependant quelle mouche a piqué Gauthier Bouchet d’aller chercher l’affrontement, et l’aurait-il fait s’il n’y avait pas une cinquantaine de CRS dans les environs prêts à fondre dans la minute sur tous ceux qui déclencheraient des heurts. »

    Quelle mouche l’a piqué? Mais on est en France! Il avait le droit d’aller les voir sans rien leur dire, eux n’avait pas le droit de sortir de leur cortège pour leur lancer des « petits cailloux » au milieu des invectives, et des appels au meurtre à peine voilés.
    Si la presse écrite se porte si mal, c’est qu’elle est par trop éloignée des réalités du peuple. Continuez d’alimenter la fabrique de propagande du système et vous sauterez avec, sans regret de ma part.
    Avec mes sincères pensées de chrétienne anti mariage homo, anti-fascistes (parce que si l’on veut bien utiliser les mots dans leur sens véritable, le seul fasciste présent à Saint Lazare était Clément Méric, avec sa bande, les fascistes comme les nazis étaient de gauche) et nationaliste, je prierai pour vous.

    • Ar Vran juin 17, 2013 à 12:26 #

      Attention Zouzou
      Vous écrivez qu’ici on est en France,certes sur le papier cela est vrai. Toutefois ne pas oublier que l’on est d’abord en Bretagne et qu’à ce titre toute provocation nationaliste française est également très mal vue!
      La jeanne d’arc et la Guerre de cent ans, et toutes les icônes de l’histoire officielle de France n’ont rien à faire en Bretagne….

      • LOU août 30, 2013 à 5:51 #

        oui, mais c’est un début pour retrouver notre souveraineté bretonne ! si la France coule, et elle coule, nous coulerons avec !

Trackbacks/Pingbacks

  1. Gay pride dans le calme à Nantes ; les nationalistes ont protégé la Cathédrale | Site de l'Union Royaliste Bretagne Vendée Militaire - juin 17, 2013

    […]  Source et suite de l’article sur Breizhjournal Publié dans Politique, Société | Tags : homoparentalité, manif pour tous, mariage homosexuel […]

  2. Anarcho-nihilistes, rouges-verts, marxistes et invertis à Nantes | Réseau JORD KADOUDAL - juin 17, 2013

    […] https://breizhjournal.wordpress.com/2013/06/16/gay-pride-dans-le-calme-a-nantes-les-nationalistes-ont… […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :