Ouest-France, l’Equipe et le Parisien premiers bénéficiaires des subventions à la presse

30 Août

Le fonds stratégique pour le développement de la presse (FSDP) a publié son rapport d’activité pour l’exercice 2012. En 2012, le comité s’est réuni deux fois, a examiné 48 dossiers dont 6 ont été rejetés et a donné en moyenne 247.315 € de subventions. Plus de 15 millions d’euros de subventions lui ont été demandées, il en a accordé 9.6 millions, essentiellement à des sites internet de publications paraissant en format papier.

Le plus gros bénéficiaire est le dossier présenté par le groupe Ouest-France puisqu’il capte 12.3% des aides données. Viennent ensuite le Parisien (11.6%) et Newsprint (11.4%). En effet, Ouest-France et Dimanche Ouest-France captent 1 187 950 € et le Parisien 1 127 241€. L’Equipe perçoit 1 170 426€, puis, avec un écart significatif, viennent La Presse de la Manche (858 948€), France Guyane (446 706 €), Le Monde (373 646 €), Nice Matin (332 893 €) et la Nouvelle République du Centre Ouest (326 645 €).

kiosque-journauxIl faut ajouter aux aides données à Ouest-France et son édition du dimanche celles captées par ses filiales : 101 918€ pour les 32 titres du groupe Publihebdos, qui s’étend sur un bon quart nord-ouest de la France, 24 579€ pour le Courrier de l’Ouest, quotidien de l’Anjou, du Choletais et des Deux-Sèvres, 12 456€ pour Presse Océan, en Loire-Atlantique et 11 816 € pour le Maine Libre, soit 150 769 € de plus dans l’escarcelle du groupe.

Parmi les causes d’attribution de ces aides, 17 dossiers ont trait à la fabrication, pour un montant alloué de  7 263 911 €, près de 75% des aides. 13 dossiers ont été aidés pour la modernisation des rédactions, avec 462 985 €. Les dépenses informatiques, photographiques, de smartphones et tout autre investissement présentant une part de renouvellement de matériel sont désormais payées à la moitié de la dépense. Il faut toutefois « que l’achat de matériel s’intègre à un vrai projet éditorial, que la nature des matériels représente un saut technologique et que la dépense soit retenue sur la base des prix de marché de ce type de matériels, dans des conditions d’offres négociées« . Les formations sont aussi prises en charge dans la limite de 1200€ par journée.

Rappelons au passage que l’Union Européenne épingle régulièrement la France pour ces aides à la presse, qu’elle juge contraires à l’esprit des règles du Marché Commun. Un rapport de 1986 commun à tous les pays de l’Union d’alors (et à quelques pays devenus depuis membres) dressait l’état des aides à la presse dans chacun d’entre eux et préconisait leur allégement sinon leur suppression. Depuis, tous les pays l’ont fait, sauf la France et l’Italie.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :