Tag Archives: acipran

NDDL : candidat à Châteaubriant, Maxime Lelièvre (UDI) soutient l’aéroport

22 Sep

LogoUDI-Q°Lors du lancement de sa campagne municipale, Maxime Lelièvre, candidat pour Châteaubriant investi par l’UDI (centristes), a exhorté les candidats à l’élection à afficher leur soutien ou leur refus de l’aéroport. Lors de sa réunion de lancement, des autocollants Oui à l’aéroport, faits par l’association « citoyenne » qui émane de la Chambre de Commerce et d’Industrie Ailes pour l’Ouest (ex-ACIPRAN) ont été distribués tandis que le candidat affichait clairement son soutien au projet d’aéroport à Notre-Dame des Landes. Voilà qui confirme ce que nous écrivions il y a peu à savoir que la propagande pro-aéroport est un réel enjeu dans le Castelbriantais, via l’ADIC et les notables de l’opposition UDI-UMP.

 

L’UDI en Loire-Atlantique, à fond pour l’aéroport de Notre-Dame des Landes ?

D’autres membres des diverses composantes de l’UDI sont pour l’aéroport ; nombre d’entre eux avaient été interrogés sur ce sujet en juin 2012 par l’Agence Bretagne Presse au moment de la campagne des législatives. Hervé Grélard (Nouveau Centre, Nantes) et Isabelle Mérand (Parti Radical, Saint-Sébastien sur Loire) s’étaient notamment déclarés pour l’infrastructure. En revanche les candidats du Modem, qui n’était pas encore rallié à l’UDI à l’époque, étaient plutôt contre l’aéroport ; Patricia Gallerneau se dressait « contre cette infrastructure nouvelle inutile et coûteuse » qu’était l’aéroport de Notre-Dame des Landes ; son collègue Philippe Fintoni était lui aussi opposé à l’aéroport. A ce tableau encore incomplet s’ajoutent Joël Guerriau, maire UDI de Saint-Sébastien et Joseph Parpaillon, maire du centre-droit d’Orvault, proche de l’UDI, eux aussi favorables à l’aéroport ainsi que le candidat de l’UDI à Blain, Jean-Michel Buf, qui n’a jamais caché ses sympathies pour le projet.

Les partisans de l’aéroport de NDDL s’encanaillent

27 Juil
Mesdames, messieurs, le décollage de l'aéroport Vinci de NDDL va ralentir incessamment sous peu. Merci pour votre compréhension.

Mesdames, messieurs, le décollage de l’aéroport Vinci de NDDL va ralentir incessamment sous peu. Merci pour votre compréhension.

Après la campagne de pub imposée au bon peuple avec son argent et le changement de nom de « l’association citoyenne » favorable à l’aéroport – c’était l’ACIPRAN, c’est devenu Ailes pour l’Ouest – voici que l’on reparle de ceux-ci. Des inconnus ont en effet posé des autocollants de cette association un peu partout, notamment sur le mobilier urbain et les panneaux routiers. En rupture de ban avec les couloirs feutrés de la Chambre de Commerce ou du Rotary, ils se sont offerts de la révolution en tranches pour la pause de midi.

Or, coller sur le mobilier urbain, les feux de circulation et autres panneaux de circulation est réprimé par l’article 418-9 du code de la route par une amende de 1500 €. D’autres sanctions sont prévues si l’on s’attaque aux arbres ou que l’on colle n’importe où en période électorale. Certes, l’on pourra se faire l’avocat du diable : les anti-aéroport en font au moins autant, sinon plus. Il est difficile de trouver une rue dans Nantes qui ne soit pas frappée d’un autoc’ anti-NDDL ou alors opposé à ses principaux soutiens, le PS, l’UMP, Auxiette ou Ayrault, voire le grand capital.

Certes. Mais les pro-aéroport n’ont qu’un légalisme tatillon à la bouche. Pour expulser les squatteurs, les paysans, gazer les vaches ou envoyer les pelles, vite, toujours plus vite. Pour se cramponner à une enquête publique bâclée et antédiluvienne, foulant aux pieds les lois européennes et françaises depuis cinq ans. Ce légalisme qui relève de la paille et de la poutre oblige à un minimum de cohérence, tout au moins dans la mauvaise foi. De plus, imposer aux nantais des autocollants pro-aéroport après avoir mis toute la ville un mois durant au régime de la campagne « Aéroport, un vrai + pour nous tous » sans leur avoir demandé leur avis le moins du monde, est gonflé comme un grand projet inutile imposé. Pour l’heure, les partisans de l’aéroport s’encanaillent à petits pas : à quand une ZAD pro-aéroportuaire sur le parking de la Chambre de Commerce, aux Salorges ?

Sur le même sujet

ACIPRAN : l’argument bateau de l’association citoyenne

Le poisson d’avril des partisans de l’aéroport fait le buzz

1 Avr

Codé/Décodé. Les pro-aéroport, dont la communication virale était insuffisante ont enfin fini par réussir à faire parler d’eux… en annonçant la fin du projet ! Revue de ce poisson qui a bien fait rire dans les chaumières bretonnes, sans que l’on sache si c’est un epic fail ou une prédiction qui deviendra réalité dans quelques mois.

-Jusqu’alors la communication pro-aéroportuaire était quasiment inexistante. Les trois groupes facebook en faveur de l’aéroport réunissaient à peine 700 personnes, la fanpage 833, un chiffre qui stagne depuis un mois, contre plus de 27.000 personnes pour le plus gros des groupes contre l’aéroport. S’ajoutaient à cela des tags sur les panneaux anti-aéroport posés par les opposants – grand sens de la démocratie, vraiment –, deux associations passablement obscures dont une – l’ACIPRAN – qui a ses bureaux à la CCI de Nantes, aux Salorges – donc est très indépendante – et des milliers d’€ débloqués en com’ par les collectivités dans les journaux et en 4×3. En pure perte, la com’ ayant été immédiatement détournée par les opposants. Pour 0 € TTC et for the lulz only.

Codé. D’où le poisson ce matin, rapidement découvert par les opposants sur le site de la pétition pour l’aéroport. S’appuyant sur le fait qu’Ayrault ait reconnu les propos violents que lui a tenu Montebourg quelques jours plus tôt – le ministre du Redressement Productif lui reprochait entre autres d’avoir engagé le gouvernement dans un terrible guêpier politiquement indéfendable avec sa fixette sur le projet d’aéroport, le site publiait un tweet de BFMTV qui confirmait les propos du Premier Ministre. Puis juste après, un tweet daté du 1er avril de jean-Marc Ayrault annonçait qu’il abandonnait le projet. Stupeur. Donc buzz.

Décodé. Vérification faite, le Premier Ministre n’a rien tweeté depuis le 25 mars. Curieuse façon de booster sa com’ alors qu’il vient d’embaucher un ancien conseiller de Hollande pour cela. Par ailleurs, la presse s’est bien gardée de relayer l’annonce en ce jour farci de chausse-trappes. Donc il faudra attendre que les efforts conjugués de l’Europe, des paysans et des zadistes enterrent le projet, par exemple en mai. Cela dit, c’était crédible. Même les proches de Jacques Auxiette, l’inénarrable président de la moins inénarrable « région » des Pays de Loire et autre « fada » du projet d’aéroport, ne croient plus en l’aéroport, l’un d’eux affirmait il y a quelques jours à un confrère que « c’était foutu ». Si le plan com’ avait été parfait, il aurait fallu faire annoncer le poisson par Ouest-France. Depuis des mois que leurs journalistes relaient la communication officielle, quand bien même elle dit « blanc » alors que sur le terrain, c’est « noir », cela n’aurait fait aucune différence. Mais non. Le 1er avril, Ouest-France a annoncé qu’il devenait enfin un journal indépendant. Poisson d’avril.

poisson

Dans l’épuisette : Le comité des Comminges de soutien à la lutte contre le projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes a parodié la Une de la Dépêche du Midi pour annoncer la réalisation d’un projet similaire à NDDL sur leur terroir. Goûter ce poisson d’avril.

Un transfert qui laisse Béat…se : le collectif de l’Anjou contre l’aéroport a lui annoncé très sérieusement que Jean-Marc Ayrault et les élus d’Angers (PS) projetaient de transférer l’aéroport de la ville, situé en pleine campagne à Marcé et complètement vide, auprès du tout nouveau centre commercial de l’ameublement Atoll à Beaucouzé, dans l’agglomération. L’annonce a été reprise dans le Courrier de l’Ouest, pas dupe. Voilà un poisson qu’il est bon.

 

Dernière heure : Finalement, ce sont des opposants au projet, de l’association Agir pour l’Environnement, qui ont revendiqué ce poisson d’avril et donc le détournement du site oui à l’aéroport, nous apprend le comité de soutien alsacien. Les hacktivistes d’Agir pour l’Environnement ont avoué leur forfait poissonnier ce matin sur leur compte twitter @APEnvironnement. Ils appellent à une mobilisation exemplaire le 11 mai lors de la chaîne humaine. « Les poissons d’avril d’hier doivent être les victoires de demain« .

ACIPRAN, l’argument-bateau de l’association citoyenne

25 Fév

Il existe, vous le savez, une association citoyenne favorable à l’aéroport, l’ACIPRAN, qui a ses bureaux à la CCI (Chambre de Commerce et de l’Industrie) de Nantes, aux Salorges, et est puissamment relayée par la région Pays de Loire et le journal Ouest-France, tous deux fervents soutiens de l’aéroport. Mais, promis juré, cette association est constituée de citoyens « normaux » qui veulent la réalisation d’un aéroport présumé bénéfique pour tous.

Le navire de M. Mustière

Le navire de M. Mustière

Le président de cette association « citoyenne » n’est pas un obscur paysan, ouvrier ou enseignant, mais Alain Mustière, ex-gros concessionnaire automobile sur Saint-Herblain, puis ex-président de la CCI, et qui, comme le révèle ingénument cet article de l’Express daté de 2002 a préféré signer une « paix des braves » avec Jean-Marc Ayrault plutôt que de porter les couleurs de la droite contre lui à la mairie de Nantes. L’accord a tenu, et ce n’est pas un hasard si l’on retrouve Mustière à la tête d’une association destinée à allumer un contre-feu à la mobilisation des opposants à l’aéroport.  Alain Mustière a un ancrage sur le prestigieux golfe du Morbihan. Non pas une île à lui, mais une villa et un anneau à Arzon, au port du Crouesty, au débouché du Golfe. On a la Riviera que l’on peut. Obtenir un anneau au Crouesty n’est pas simple : il y a 3256 inscrits pour 1432 anneaux, la plus longue liste d’attente de France et le prix de location s’en ressent, de 2083 à 2792€ annuels pour un délai d’attente moyen de 12 ans. Mais quel bateau y amarre-t-il ?  Un Swift Trawler, la plus grosse unité construite chez Bénéteau Cette « synthèse éblouissante » de « tout ce qui concourt à l’aventure et au plaisir de la navigation à voile avec le confort et la performance d’une grande unité à moteur » coûte 850.000 €. Au minimum. Acquisition qui porte bien en vue et en gros le logo des Pays de Loire – mais pour laquelle son propriétaire paie un paquet de taxes à une commune Bretonne. Il partage d’ailleurs cet amour pour le Golfe avec d’autres huiles des Pays de Loire, notamment Grosvalet, l’inénarrable président du conseil général de Loire-Atlantique, présent chaque fois qu’il le peut à Hoëdic, un certain Premier Ministre (Ayrault), ancré à Sarzeau, ou le probable futur maire de Saint-Nazaire David Samzun qui aime à rappeler ses racines de Belle-Ile sans se soucier particulièrement – pour l’heure – du fait que Saint-Nazaire est le premier port et la 4e ville de Bretagne.

Cette acquisition digne d’un citoyen normal d’une association normale qui se bat pour qu’un projet normal soit réalisé est dans le droit fil du vibrant plaidoyer pour « un nautisme nouvelle vague » écrit par Alain Mustière lorsqu’il était président du Conseil Economique et Social des Pays de Loire. Avec son yacht de chez Bénéteau, notre président d’association citoyenne couvre les mers et les océans. Pas plus loin que jusque Houat et Hoëdic, cependant. Et à la plus grande hilarité, semble-t-il, des locaux, qui rient beaucoup de le voir arriver sur leurs pontons, en marche arrière, à la barre de sa « synthèse éblouissante » de yacht, à 850.000 € pièce. Association citoyenne, vous dites ? Touché coulé.

La contestation anti-aéroport a trouvé son Twittergate

8 Déc

 

L’opposition à l’aéroport s’appuie beaucoup sur le web 2.0 et les réseaux sociaux. Depuis quelques mois, les partisans de l’aéroport y donnent aussi de la voix, autour de l’ACIPRAN, association citoyenne favorable à l’aéroport, mais sont beaucoup moins audibles. De temps à autre, comme dans toute autre mobilisation sociale, les internautes s’emballent.

Le feu, c'est aussi sur le net

Hier, il y avait le feu au tweet.

Hier à 12 h 24, sur le site de la ZAD, dans le flash info de la journée les zadistes font état d’un message reçu « Sur Twitter, un message a été émis par une certaine Berthé Ingrid à partir de l’adresse @IngridAlphacoms : Allez on fait monter le compteur aussi pour l’aéroport ! en signant la pétition icihttp://www.ouialaeroportdugrandouest.fr/ #NDDL #Téléthon  » ». Le message continue à interpréter librement : «  On voit donc ainsi que les barons PS de la Région Loire-Atlantique, du Conseil général et de la ville de Nantes se sont alloués les services d’une agence de communication : Alphacoms. Il serait très intéressant de savoir avec quel argent cette agence de communication est payée : sans nulle doute l’argent public – qu’ils considèrent comme étant le leur – donc les contribuables ! Mais là où c’est encore plus intéressant et révélateur, c’est la bassesse des moyens auxquels ils sont prêts, le degré de cynisme qu’ils ont atteint, à savoir utiliser le hashtag #Téléthon pour diffuser leur pétition en faveur de l’aéroport. »

En quelques heures, les internautes s’emballent et arrosent de coups de fils et de mails d’insultes les bureaux de l’agence Alphacom, ainsi que les portables disponibles sur le net de ses principaux collaborateurs. En effet, Ingrid Berthé est directrice adjointe d’Alphacom et poste depuis son profil twitter professionnel. Les apparences plaident pour une campagne de com orchestrée par l’ACIPRAN ou les élus favorables à l’aéroport. Les hacktivistes s’emballent, à raison le croient-ils.

Dans la soirée, Breizhjournal joint Ingrid Berthé qui nous confie « je suis abasourdie. Je suis adhérente à titre personnel de l’ACIPRAN, c’est un engagement bénévole, citoyen. Cela fait plusieurs mois que je tweete en faveur de l’ACIPRAN sur mon profil, mais on ne sait pas pourquoi, les contestataires se sont réveillés aujourd’hui ». Elle tweete en effet pour l’aéroport depuis plusieurs mois, mais pour l’ACIPRAN seulement depuis le 16 novembre : avant, le compte Twitter de l’association n’existait pas. Ces derniers jours, l’association favorable à l’aéroport fait tourner une pétition favorable à l’aéroport, signée par près d’un millier de personnes. A comparer avec les 30.000 signataires de la dernière pétition appelant à l’abandon immédiat du projet.

L’emballement des hacktivistes (activistes internet) a été assez conséquent, comme nous l’explique, émue, Mme Berthé « J’ai reçu des tombereaux d’insultes par mail et twitter, l’ensemble des collaborateurs de mon entreprise ont été désignés à la vindicte publique sur le net, cet acte personnel a rejailli de façon très défavorable sur mon entreprise ». Et de demander un peu d’ouverture d’esprit et « de respect pour mon engagement citoyen et ma liberté d’opinion ».

Nous relevons de notre côté deux maladresses qui ont sans doute expliqué ce – rapide – Twittergate à la sauce nantaise. L’emploi du hashtag #Téléthon, sans doute inapproprié, et du compte professionnel. Le tweet en question a été effacé par Ingrid Berthé, qui continue à tweeter pour l’aéroport. Cependant, les militants sauront que l’habit ne fait pas le moine.