Tag Archives: permanence

Municipales à Nantes : Laurence Garnier (UMP) inaugure sa permanence et attend Fillon

29 Nov

laurence-garnier-NSLa presse locale restant assez discrète à ce sujet, nous informons nos lecteurs que la candidate officiellement investie par l’UMP – suite cependant à un processus assez douteux dont nous avons déjà parlé – a inauguré sa permanence électorale au n°2 allée Duquesne, sur le cours des 50 otages (du côté de la fontaine et de l’hôtel la Pérouse). Elle attend aussi la venue de l’ancien premier ministre François Fillon, qui tiendra meeting le 3 décembre à la salle festive Nantes-Erdre (251 route de Saint-Joseph, près du périph’ et de la Beaujoire), ce dont nous aurons matière à reparler.

 

Publicités

Dégradations à répétition de la permanence du FN à Nantes

27 Juin
Permanence FN à Nantes

Permanence FN à Nantes

Le retour dans le paysage urbain de la capitale bretonne du Front National dérange. Quand bien même il s’agit de sa version light : le FN local, très mariniste, arbore bien plus volontiers l’appellation Rassemblement Bleu Marine (RBM), le nom que Marine le Pen aimerait donner au mouvement pour faire oublier l’aspect très droitier du Front National de papa.

Le FN, qui vise 7 à 8% à Nantes même  et qui s’apprête à présenter des listes aux municipales à Saint-Nazaire, La Baule, Orvault, Couëron et Sautron, a depuis fin mai une permanence située au n°10, quai de Versailles, dans le quartier Saint-Mihiel. Celle-ci, qui se trouve dans la maison basse d’une ancienne librairie, a été visée trois fois en cinq jours par l’extrême-gauche.

Le 22 juin, la manifestation antifasciste en hommage à Clément Méric, à 16 h place Royale, a débordé : cinquante antifas sont venus selon les dires de Christian Bouchet, tête de liste nantaise du FN, « assiéger la permanence » et ont dégradé sa façade, sans que les forces de police n’interviennent. Deux autres dégradations ont eu lieu depuis, la dernière le 26 juin ; elles n’ont pas été confirmées officiellement par le FN nantais, mais par des militants isolés, qui pointent jets de projectiles et tags, dégradations de leurs véhicules, intimidations… Le RBM à Nantes dénonce un « climat malsain ». De leur côté, les antifas et anarchistes veulent « éradiquer le cancer du fascisme », selon eux bien représenté par l’installation d’une permanence FN en pleine ville. Le 22 juin, c’était aussi la veille de la venue à Nantes de Louis Aliot, vice président du FN chargé de la formation et des manifestations, mais aussi compagnon de Marine le Pen et jacobin assumé.

La ville compte d’autres permanences de partis politiques – notamment de l’UMP, du PCF et du PS – qui sont périodiquement cible de tags et de dégradations, selon le contexte politique, local et électoral. La contestation anti-Notre-Dame des Landes tend par exemple à se traduire en dégradations sur les permanences socialistes.

Le FN fait son retour en force dans le paysage nantais

31 Mai

fn-44Stupeur et tremblements dans la capitale bretonne : le FN aura à nouveau une permanence, pour la première fois depuis une quinzaine d’années. Ce retour en force va de pair avec les ambitions municipales de Christian Bouchet, tête de liste à Nantes. Objectif affiché : entrer à la mairie et faire aussi bien, sinon mieux que Benoît Blineau, du Modem, en 2008. Avec 6.48%, il avait fait élire deux conseillers municipaux.

Tête de liste, Christian Bouchet estime même que « ce score peut être dépassé, et on peut atteindre, sinon dépasser les 7% à Nantes; on pense pouvoir espérer de 1 à 3 conseillers ». Le parti engrange les adhésions – de 100 membres il y a cinq-six ans, il est aujourd’hui à sept cent, et « les adhésions continuent d’arriver chaque jour ». Secrétaire départementale du FN, Marguerite Lussaud estime qu’il y a aujourd’hui « près de 800 encartés, et que l’on pourra bien arriver à 1000 », ce qui autorise toutes les ambitions. Pourquoi une si bonne santé ? Le FN peut dire merci au mariage gay et à l’UMP, dont l’incapacité notoire à gagner une élection en Loire-Atlantique depuis quinze ans et les multiples divisions internes – auxquelles la guérilla Copé-Fillon a rajouté encore plus de mordant – fatiguent les sympathisants de droite. Cependant, Christian Bouchet tempère « les endroits – comme Nantes – où on a un gros bloc de militants ne correspondent pas toujours aux villes où on a de bons scores aux municipales ». Par exemple, le FN a fait de très bons scores – pour la Bretagne – à la Regrippière (12.73%) ou à la Boissière du Doré (14.21%) aux législatives  2012.

Cette reconquête du paysage nantais s’étend aussi à l’agglomération, puisque des listes seront présentées à Orvault, Vertou et Sautron, « des communes où [le FN] ne fait pas forcément de bons scores, mais où il a une bonne base militante », nous explique Christian Bouchet. La permanence du FN sera située dans un ancien commerce du centre-ville nantais et devrait ouvrir « au moins plusieurs après-midi par semaine ». Elle devrait ouvrir d’ici une quinzaine de jours et être officiellement inaugurée le 23 juin. Ce jour-là, Louis Aliot, vice-président du FN chargé de la formation, vient à Nantes. Pour l’heure, son emplacement reste confidentiel… pour raisons de sécurité. Signe que le FN, même s’il a des ambitions, reste tout de même en terre hostile à Nantes.