Tag Archives: PS

Municipales à Nantes : l’accord PS-Verts ignore l’aéroport de Notre-Dame des Landes

26 Mar

-Le dossier de l’aéroport était en haut de la pile des négociations entre le PS et Verts ces jours-ci. Gonflés par leur score important (14.5%), les Verts de Pascale Chiron avaient remis le sujet sur le tapis, crispant le PS emmené par Johanna Rolland, qui se voyait mal trahir l’ex-maire et actuel Premier Ministre Jean-Marc Ayrault.

Finalement, après des négociations laborieuses, les Verts ont préféré quinze postes dont plusieurs postes d’adjoint, et la place de n°3 pour Pascale Chiron, à une mise au point claire au sujet de l’aéroport. Celui-ci est renvoyé au rejet probable des recours, d’ici quinze jours ou un mois. Après les municipales. La cuisine politicienne suit son cours.

Cela dit, il sera difficile au gouvernement fragilisé par la déroute de la gauche de gouvernement et surtout du PS d’ignorer les écolos d’EELV, vent debout contre l’aéroport. A Rennes et a Grenoble, les listes communes Front de Gauche – EELV ont fait respectivement 15 et 29%, virant dans cette dernière ville en tête. Et plus que jamais, les écolos dont l’apport à la gouvernance de la France est quelque peu limité, restent indispensables à François Hollande qui espère encore être réélu en 2017. Cependant, on peut légitimement s’inquiéter de la force des convictions des Verts, qui déjà en 2011 avaient préféré http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=23881 avoir beaucoup plus de circonscriptions et ignorer leurs désaccords avec le PS sur l’aéroport et l’EPR.

 

Publicités

Ronan Kerdraon (PS) préfèrera en 2014 Plérin au Sénat

11 Jan

CumulPour les municipales,  le mouvement citoyen Blanc c’est exprimé animé par le costarmoricain Gérard Gautier, reconnu pour sa lutte pour la reconnaissance du vote blanc a lancé l’opération Sus aux cumulards Elle vise à limiter le cumul des mandats par les élus et pousser les électeurs à refuser de voter pour les cumulards.

Le mouvement a ainsi notamment interrogé les deux candidats pour la mairie de Plérin, Ronan Kerdraon, sénateur-maire socialiste et Alain Cadec, actuellement député européen U.M.P. et conseiller général. « Dans un courriel reçu le vendredi 10 janvier, Ronan Kerdraon confirme publiquement sa décision, si il est réélu maire de Plérin de ne pas cumuler ce mandat avec celui de sénateur », annonce le mouvement. Son challenger de droite n’a pour l’heure pas donné suite aux questions du mouvement ; il est vrai que les émoluments de député européen sont très confortables. En revanche il avait déjà annoncé qu’il abandonnerait son mandat de conseiller général s’il est élu à Plérin.

Le mandat de Ronan Kerdraon s’achèvera aux prochaines élections sénatoriales, prévues en septembre 2014  mais qui pourraient être repoussées à 2015 dans l’espoir de limiter la défaite attendue par le gouvernement qui craint que le Sénat ne rebascule à droite. Il devrait donc ne plus être que maire de Plérin en 2014… et conseiller de l’agglomération de Saint-Brieuc.

 

L’ancien presbytère de Blain est par terre

21 Avr
Ancien presbytère de Blain fin 2012

Ancien presbytère de Blain fin 2012

C’est plié. Ou plutôt à demi cassé. La mairie gauche plurielle de Blain (PS-EELV-Front de Gauche) sera dans les temps pour inaugurer le 8 mai un square en lieu et place de l’ancien presbytère, un bâtiment construit en 1869 par Jean-Baptiste Buron qui était aussi l’un des architectes du passage Pommeraye, et dont une association locale de protection du patrimoine contestait la destruction.L’Association pour la préservation du patrimoine de la communauté de communes de la région de Blain (ACOPAC) a retracé l’historique du bâtiment et attaqué son permis de démolir au tribunal administratif. Les défenseurs de l’ancien presbytère mettaient en avant le bon état du bâtiment et la possibilité de l’attribuer à d’autres usages qu’à des logements.Le 4 avril, la mairie a débloqué à sa façon un dossier depuis longtemps en suspens et qui devait être tranché par la justice administrative le 12 avril. Elle a déposé un mémoire au tribunal administratif, ce qui a pour effet de repousser de plusieurs semaines le rendu du jugement. Depuis le 4 avril, elle a aussi fait entamer la démolition par l’entreprise Séjourné de Malville. Le bâtiment sera remplacé par un autre – de même emprise et au même endroit – qui abritera plusieurs logements à loyer modéré.

 

« Méthodes mafieuses »

Cave saine et sèche du presbytère - fin 2012

Cave saine et sèche du presbytère – fin 2012

Jacky Flippot, de l’ACOPAC, ne mâche pas ses mots : « Je suis déçu, oui. C’est inadmissible qu’une mairie pousse les feux ainsi et use de méthodes mafieuses pour créer une situation irréversible, sans se soucier de la justice. On parle beaucoup de moralisation aujourd’hui. La moindre des choses, c’est que la mairie attende le jugement. » L’ACOPAC a déposé un référé au début des travaux, afin de les faire arrêter. Elle a été déboutée, et a dépensé 1.700 € en pure perte. Un jugement sur le fond est attendu, mais il est peu probable que la justice condamne la mairie à reconstruire le bâtiment, sain mais assez vétuste et difficile à transformer en logements. La mairie avait déclaré en 2009 vouloir le restaurer pour y mettre les bureaux de la maison de retraite, mais a fait volte-face en 2010 devant le coût des travaux, qu’elle estimait à 1 million d’€.Une gestion des logements publics qui laisse à désirer

presbyt3L’opposition – dont les membres étaient partagés quant à la question de l’ancien presbytère, n’a rien dit sur le passage en force de la mairie, bien que certains de ses membres ont à cœur de dénoncer l’aveuglement et les méthodes « soviétiques » de la majorité, qui selon eux n’est composée que de « rouges », c’est-à-dire de membres du Front de Gauche ou de la CGT. « L’opposition s’en fout complètement », explique Jacky Flippot. Le manque de sens politique de l’opposition est une bénédiction pour la mairie, dont ce n’est pas le premier passage en force – l’affaire de l’aire de jeux de Saint-Emilien en est un autre tout aussi révélateur sur les limites de la démocratie participative à Blain.

Cependant, il y aurait beaucoup à dire sur la gestion des logements qui dépendent de la mairie. L’un d’entre eux – au-dessus de la trésorerie – a été transformé en dépôt d’archives municipales. Un autre, entre l’ancienne mairie et l’ancienne école de Saint-Emilien de Blain, est vide depuis le départ de son dernier occupant, il y a plus de six mois. Plusieurs autres sont vacants dans la « cité » Saint-Laurent, des immeubles proprets de cinq étages entre le centre de Blain et le Canal de Nantes à Brest. Quant à l’ancienne morgue municipale, qui ne servait plus depuis des années, ses 79 m² (« deux pièces sur carrelage, un sanitaire et un grenier ») qui pouvaient être aisément transformés en logement ont été cédés 38.000 € par la mairie par délibération du conseil municipal du 21 février 2013. Autrement dit bradés. Pendant que des Blinois n’arrivent pas à se loger, des logements viables sont cédés par la mairie ou laissés sans occupants. Il n’y a sans doute pas d’urgence pour l’équipe municipale en place. En revanche, ce fut vraiment urgentissime de raser l’ancien presbytère au lieu d’attendre quelques semaines que la justice tranche l’affaire.  Le sens des priorités de la municipalité échappe souvent au commun des mortels.