NDDL : la chaîne humaine dans les starting-blocks

10 Mai

chaîneA la veille de la grande chaîne humaine préparée par les opposants pour montrer leur détermination et le soutien populaire à « enterrer le projet » d’aéroport, de toute façon illégal  et pour cela complètement condamné par les experts scientifiques il y a un mois, nous avons posé quelques questions à l’organisateur officiel, Simon Roullaud. Négos avec la Préfecture, changements de dernière minute, affluence, voici les dernières nouvelles, en direct de Notre-Dame des Landes.

 

Compromis. Contrairement à toute attente, la Préfecture n’a pas essayé de faire pression sur les opposants : « c’était plutôt une bonne ambiance », tient à souligner Simon Roullaud, « ils cherchaient plutôt à trouver des solutions, des compromis. Le seul problème c’est qu’il a tout fallu régler ou presque à la dernière minute ».

 

Verre à moitié plein. Les principales négociations portaient sur les autorisations et l’accès aux secours. La manifestation se compose d’une chaîne humaine de 25 km autour de la ZAD  et d’un concert de soutien le soir, au beau milieu de la ZAD près de la RD281 toujours barricadée par des chicanes. « Pour la chaîne humaine, nous avons eu l’autorisation, pour le concert, non », résume Simon Roullaud. Pourquoi ? « Le lieu du concert est en plein milieu de la ZAD sur un terrain de AGO-Vinci (déjà exproprié), fallait avoir l’autorisation du propriétaire, fallait pas rêver ».  En revanche, ils ont obtenu l’accès des secours : « il a fallu déplacer l’accès au concert, qui ne se fera plus par le nord, mais par le sud, pour un meilleur passage des secours. Du coup, même si toutes les responsabilités sont sur notre dos – ce n’est pas la première fois, on a l’habitude – le concert présente toutes les garanties de sécurité ».

 

Présence policière. La Préfecture n’avait pas trop intérêt à aller jouer les matamores. D’abord parce que les forces de l’ordre sont assez défavorablement connues dans les parages et ensuite parce qu’il n’y a pas assez de policiers et de gendarmes pour protéger les lieux de pouvoir dans une France de plus en plus gagnée par le Printemps Français et le mécontentement. Même encasernés, les CRS passent leur temps à Paris et leurs folles journées se traduisent par un manque d’attention flagrant  sur la route. Par conséquent, la Préfecture n’a pas trop insisté : « les forces de police seront très au large », et « les accès à la manifestation seront complètement autogérés par les organisateurs ».

 

Zadistes. Ces dernières semaines, certains – y compris parmi nos confrères – avaient cherché la petite bête ou la grosse fracture parmi les opposants en insistant sur le manque d’enthousiasme parmi les zadistes – comprendre, les occupants de la ZAD autres que les paysans, propriétaires et locataires légaux – à s’investir dans un événement qu’ils jugeraient « démesuré » et « imposé ». Simon Roullaud avoue « un manque de pédagogie, mais le problème, c’est qu’il y a une telle horizontalité et tellement de lieux de vie qui vivent chacun de leur côté qu’il aurait fallu passer quinze jours sur la ZAD pour tout expliquer et vu le boulot énorme pour tout organiser, on n’avait tout simplement pas le temps ». Des soucis qu’il estime arrangés « il y a eu une réunion il y a quelques jours avec les zadistes, l’ambiance est très bonne, il y a plein de gens sur la ZAD qui sont chauds pour la chaîne humaine ». Bref, il appelle à « ne pas prendre l’hostilité d’une poignée de personnes » pour la voix de la ZAD toute entière.

 

Combien ? Pour l’heure, il n’est pas possible pour les organisateurs de se prononcer sur l’affluence qu’il pourrait y avoir demain. Trop de paramètres en jeu. A commencer par la météo. « Il y a eu beaucoup plus de travail que pour la manifestation de réoccupation du 17 novembre », explique Simon Roullaud. Notamment, le site, 1000 panneaux fabriqués et plantés partout en France. « Cependant, le 17 novembre, on était dans l’émotion. Là, on sait qu’il n’y aura probablement pas de travaux dans l’année à venir, le projet est gravement compromis, il y a un certain relâchement des deux camps, et on n’est plus dans l’émotion, mais dans la volonté durable ». Cependant, il consent à nous dire que le site a été visité 55.000 fois et que la souscription proposée a permis de « couvrir un tiers du budget » de l’événement. Il devrait toutefois y avoir au moins 20.000 personnes – c’est le nombre minimum pour faire une chaîne humaine sur l’itinéraire choisi, tout autour de la ZAD. Sans conteste, sur un site cette fois enfin libéré et des forces de police et des engins de chantier, seule l’affluence permettra d’évaluer la force du soutien populaire à l’abandon du projet d’aéroport. A demain !

 

Où, quand, comment, pourquoi ? S’informer et venir sur http://www.chaine-humaine-stop-aeroport.org

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :