Archive | OpMagouilles RSS feed for this section

Municipales de Nantes : les malheurs de Sophie

15 Fév

carrambaLa candidate divers droite Sophie Van Goethem n’y arrive vraiment pas. Partie sans parti, elle ne dispose pas de l’appui d’une écurie politique. Mais elle aurait pu arriver à s’en créer une, ou tout au moins disposer – en six ans de mandat comme conseillère municipale – d’un fan club plus important. Sa réunion du 31 n’a guère réuni que ses familiers et ses voisins, une centaine de personnes, et la suite ne s’annonce pas mieux.

Sa liste n’est toujours pas complète. Pour la boucler, elle a tenté (sans succès) de débaucher des personnes inscrites sur la liste du Parti des Nantais (Pierre Gobet) ou sur celle encore en cours de gestation qui est réputée proche des idées du Printemps Français (les nantais pour la famille) ; elle persiste d’ailleurs à dire à qui veut l’entendre que cette dernière liste ne se fera pas et que certains de ses leaders ont rejoint la sienne. Pour semer le trouble, il n’y a pas mieux.

Elle a organisé un tractage à la gare. Quand ? Le 11 février à partir de 17h. Le genre méga-opération, avec battage par mail pour avoir du monde, points de distribution à la gare, véhicule de liaison (une 2CV jaune, pour l’anecdote), bref, des moyens et du monde pour faire entendre la « Chance pour Nantes », le slogan de la candidate. Curieusement, ce tractage n’a fait l’objet d’aucune exploitation médiatique, même pas sur le blog de campagne de la candidate. Et pour cause. Plusieurs listes avaient envoyé des « espions » ce jour là pour évaluer les retombées de l’action. Et il n’y avait guère que quatre malheureux tracteurs.

Pas assez pour espérer sortir Sophie Van Goethem de l’ornière. Pour l’heure, c’est surtout ce qu’un de ses proches nomme « la frustration personnelle » de ce professeur de droit qui mène sa campagne. Professeur qui n’hésite d’ailleurs pas à menacer de poursuite judiciaire tout média qui éclaire d’un jour un peu cru ses aventures électorales. Ou la malchance pour Nantes.

NDDL : poker menteur du Modem et de l’UDI sur l’aéroport

21 Jan

-Le dossier de l’aéroport, aux municipales de Nantes, c’est comme le sparadrap du capitaine Haddock : ça colle aux doigts et ça embarrasse. Surtout dans les partis divisés sur la question. Le Modem – dont une grande partie des militants sont opposés au projet de transfert à Notre-Dame des Landes – n’échappe pas à cette quadrature du cercle, façon nantaise.

Ainsi, en présentant sa liste « l’alternative pour Nantes », la liste Modem-UDI issue de leur désaveu  de la candidate de la droite filloniste Laurence Garnier, le Modem, plutôt opposé à l’aéroport, a du faire avec l’UDI qui est, elle, dans son ensemble favorable à un aéroport que ses candidats – notamment à Châteaubriant – soutiennent sans réserves.

De fait, le projet transports de la liste devrait ravir les opposants au transfert de l’aéroport. Inspiré par les propositions de l’association Nexus, opposée à l’aéroport, s’engage à mettre en oeuvre « la descente des avions sans palier » au-dessus de la ville « sur Nantes-Atlantique », mais aussi « la desserte de Nantes-Atlantique par le rail existant » et « l’étude et la réalisation d’une piste de confort est-ouest ». Il y a en effet des rails – rouillés et pleins d’herbes – qui passent devant l’aérogare et aboutissent dans les dépôts logistiques du D2A, la zone industrielle qui jouxte l’aéroport. C’est l’ancien tracé de la ligne de Nantes à Pornic, qui fut déviée pour contourner l’aéroport quand il fut agrandi après-guerre.

Seulement, il y a un mais. Ecrit petit sous les belles promesses. « Sous réserve de l’avenir du dossier de NDDL ». Autrement dit, précise un ténor de l’UDI du département qui souhaite rester anonyme : « ceux du Modem sont bien gentils avec leurs rêveries, mais pour nous, ce dossier est plié ». Comme pour la quasi-totalité de l’establishment politique nantais : s’ils ne se sont pas faits de mauvais gré au transfert de la plate-forme, ils l’appellent de leurs voeux et soutiennent ardemment une politique de grands projets socialistes qu’ils ne manquent pourtant jamais de brocarder devant leurs électeurs locaux et nationaux.

Nantes : attention aux faux bonnets Rouges !

5 Jan

bonnets-rouges-alarmeMise au point. Après quelques semaines de tâtonnements, les Bonnets Rouges bretons structurent enfin leur mouvement. Voici la liste des comités locaux  certifiés conformes à la charte « Vivre, décider et travailler » en Bretagne. Le but est d’empêcher toute récupération du mouvement et de mettre hors d’état de nuire celles qui ont déjà eu lieu.

Car il se trouve que les Bonnets Rouges bénéficient d’un capital sympathie important hors de nos frontières bretonnes. Les thèmes qu’ils abordent – lutte contre le matraquage fiscal, l’écotaxe, relocalisation des décisions, refus de l’avalanche normative – touchent un grand nombre de français et leur sensibilité méfiante envers le monde politique va dans le même sens que le ras-le-bol collectif que suscitent les gesticulations de politiciens de plus en plus déconnectés du monde réel. C’est pourquoi certains groupes ou individus souhaitent récupérer le mouvement des Bonnets Rouges ou tout au moins lancent des groupes locaux qui mettent ce bonnet afin de surfer sur le concept.

Ainsi, à Nantes, il y a deux groupes des Bonnets Rouges. L’un d’eux est sur la liste et il est officiel (groupe Facebook). L’autre s’est distingué par diverses actions dont la redécoration nocturne de la Préfecture. Ces derniers « bonnets rouges » sont en fait proches du Printemps Français. Catholiques et (contrairement à ce qui se dit) anti-lepénistes, étant donné que le FN nantais est très laïciste, ils ont rallié le mouvement Hollande Démission, dirigé depuis Paris et qui appelle quasi exclusivement à la démission de l’actuel président. Ils en constituent la cellule nantaise. Ce mouvement plutôt très français est aussi présent à Orléans, Fréjus, Aix et bientôt Tours.

Investiture de Laurence Garnier à Nantes : comment l’UMP 44 a arrangé son coup

23 Oct
L'UMP 44 depuis l'investiture de Laurence Garnier à Nantes

L’UMP 44 depuis l’investiture de Laurence Garnier à Nantes

Après nos articles récents qui dévoilaient l’inexistence du sondage sur lequel l’UMP s’appuie pour justifier le choix de Laurence Garnier (filloniste) pour mener sa liste dans la capitale bretonne, puis celui où nous exposions tout le flou autour de ce sondage et de ses résultats putatifs nous sommes en mesure d’expliquer comment l’UMP de Loire-Atlantique a arrangé son coup, évincé Marie-Anne Montchamp et pourquoi tente-t-elle de faire prendre aux nantais des vessies pour des lanternes. Suivez le guide.

 

L’UMP 44 tente de faire passer un sondage « maison » pour un sondage officiel

Nous persistons et signons. Il n’y a pas eu de sondage fait par un organisme de sondage officiel, ni par l’IFOP, ni Louis Harris ou d’autres comme on a pu l’entendre ; organismes de sondages qui sont liés à l’UMP nationale par des contrats permettant au parti de sonder régulièrement l’opinion sur diverses questions, tout au long de l’année, ou tester les chances de succès de leurs candidats.

En revanche, il y a eu un sondage « maison », mais sur une question qui n’avait strictement rien à voir avec les municipales. Celui-ci a porté, d’après nos sources confidentielles et très proches du dossier, sur moins de 700 personnes. La question n’avait rien à voir non plus avec les municipales et ne présentait pas de liste de candidats aux interrogés. Il leur était demandé : « quelle est la personnalité qui a le plus de notoriété de la droite et du centre à Nantes ? », la réponse étant laissée ouverte. Curieusement, la personne arrivée en tête… est le chef de file de l’UMP 44 François Pinte.

 

Un sondage commandé par François Pinte pour des raisons internes à la droite locale

Ce qui permet de se poser deux questions. Est-ce une coïncidence si ce sondage est mené alors que le leadership des fillonistes en général et de François Pinte est menacé au sein même de l’UMP44 ?  Bien des gens trouvent que le bilan de l’ex directeur de cabinet de François Fillon est faible, voire inexistant. Sous sa direction, l’UMP locale est en effet devenue un terrible panier de crabes et a perdu presque tous les postes et les circonscriptions qu’elle détenait dans le département. Ensuite, comment se fait-il que le nom de Laurence Garnier est sorti brutalement du chapeau ?

Le but de ce sondage – dont François Pinte garde secrets les résultats et pour cause – est à la fois d’évaluer – à son avantage – son poids par rapport à d’autres personnalités de la droite locale et à se faire valoir auprès des instances nationales. Seul le résultat compte : il serait le plus connu, donc le plus efficace. A condition que personne ne se demande comment le sondage a été fait. Pourtant, il y a de quoi.

 

 

Un sondage « maison » aussi indigeste que la bouillabaisse marseillaise du PS

Comme nous le disions plus haut, le sondage a porté sur moins de 700 personnes et a été réalisé, selon des sources concordantes, avec les moyens de l’UMP locale ; une méthode qui permet aussi de ne pas en impacter le coût sur les comptes de campagne de Laurence Garnier. Le choix du panel est déterminant dans un sondage. En l’occurrence, nombreuses ont été les personnes interrogées à Carquefou et à Saint-Sébastien sur Loire, deux communes qui ne font pas partie de Nantes et dont la population n’a donc aucun droit de regard sur les municipales du chef-lieu de la Loire-Atlantique. Cependant, ce sont deux communes dont les maires (Claude Guillet à Carquefou et Joël Guerriau à Saint-Sébastien) centristes se représentent et sont assez contestés localement. La finalité très éloignée des municipales nantaises de ce sondage apparaît nettement.

Autre chose : plus d’une vingtaine de proches et très proches, politiquement parlant, de Laurence Garnier, ont été sondés. Ce qui laisse planer un sérieux doute sur la neutralité et l’objectivité de ce sondage maison, très loin en tout cas des méthodes qui auraient été mises en oeuvre par des instituts officiels tels que l’IFOP. Il n’en reste pas moins que depuis une semaine, l’UMP de Loire-Atlantique essaie désespérément de faire prendre aux nantais des vessies pour des lanternes, y arrive de moins en moins, trébuche dans sa version et va jusqu’à ordonner à certains de mes confrères indépendants de ne pas faire leur travail de journaliste. Ce sont d’étranges méthodes pour tenter de gagner la ville – à moins que Laurence Garnier ne se présente que pour perdre ?

Investiture UMP à Nantes : le soupçon d’une totale magouille se renforce

18 Oct

nantes#OpMagouilles Nous disions ce matin que les conditions de l’investiture de Laurence Garnier comme tête de liste de droite et du centre à Nantes suscitent plus que des interrogations au sein de la droite tant nantaise qu’au niveau national. En toute logique, c’est en effet la sarkozyste-copéiste Marie-Anne Montchamp qui aurait du être désignée. Et ce d’autant plus que Laurence Garnier est filloniste et est soutenue par une vieille garde UMP et centriste  qui a perdu en près de dix ans toutes les positions clés de la droite en Loire-Atlantique et s’apprête à une nouvelle déroute en 2014.

Le choix de la commission d’investiture devait se faire non seulement autour de critères politiques, mais aussi officiellement via un sondage commandé auprès des nantais. Celui-ci visait à leur demander : « connaissez-vous Laurence Garnier, Julien Bainvel, Marie-Anne Montchamp, Joël Guerriau, sénateur maire UDI de Saint-Sébastien, François Pinte, Sophie Jozan (actuelle chef de file de l’opposition UMP), Hervé Grélard (chef de file nantais à l’UDI), Daniel Augereau (candidat en 1989) ? »

Seulement, voilà. Devant le trouble jeté par l’investiture de Laurence Garnier, certains ont demandé à l’UMP de communiquer les résultats du sondage. Ce que l’UMP refuse de faire. De source très confidentielle et proche de la direction nationale, ce refus s’explique simplement. De sondage, il n’y en a point eu. Quelle colossale magouille a-t-elle conduit à l’investiture de Laurence Garnier et jusqu’à quand l’UMP continuera-t-elle à prendre les Nantais (et le reste des Bretons) pour des idiots ? Nous vous tiendrons au courant dans nos colonnes.

 

La désignation de Laurence Garnier à Nantes sème le trouble à droite

18 Oct

lgarnier2#OpMagouilles. La décision de l’UMP de désigner Laurence Garnier plutôt que Marie-Anne Montchamp à Nantes, pour les municipales, est en train de faire des vagues y compris au niveau national de l’UMP. D’après nos informations, Marie-Anne-Montchamp, de tendance sarkozyste, avait reçu la veille de la décision l’engagement formel de Nicolas Sarkozy et de Jean-François Copé qu’elle serait désignée. Ce qui est logique, puisque Laurence Garnier est filloniste, comme ceux qui la soutiennent et que Fillon a déclaré la guerre à Sarkozy et Copé. Il y a eu donc une  totale magouille pour arriver à la désignation de cette dernière.

Une partie de la droite n’est d’ailleurs pas dupe, et au moins deux listes dissidentes pourraient être présentées, dont une par Sophie van Goethem, un  professeur de droit de 56 ans, élue en 2008 sur la liste de droite, Enfin, Sophie Jozan, chef de file de l’opposition nantaise trahie et laminée par tout le monde (y compris son dernier protégé en titre, Julien Bainvel) ne souhaite qu’une chose : se venger de cette campagne de 2008 et des années suivantes où tous, sans exception, lui ont savonné la planche. Ambiance…

Joël Guerriau mis sur la sellette par Borloo

15 Oct

Joel_GuerriauConfidentiel. D’après nos sources, le sénateur-maire UDI de Saint-Sébastien sur Loire Joël Guerriau a été appellé ces derniers jours par Jean-Louis Borloo. Celui-ci lui a demandé d’arrêter d’interférer dans la campagne pour l’investiture d’un ou d’une candidate de la droite et du centre à Nantes.  Après avoir renoncé en effet à se présenter à Nantes, Joël Guerriau a néanmoins monopolisé le débat autour de sa personne pendant plusieurs semaines puis a soutenu la candidature de la filloniste Laurence Garnier (UMP), peu connue mais soutenue par de nombreux notables de la droite et du centre, qui ont en commun d’avoir notamment perdu toutes les positions clés que la droite détenait dans le département, et ce en à peine dix ans. Par ailleurs, Joël Guerriau soutiendrait aussi la candidature dissidente d’Hervé Grélard (UDI) et celle du jeune Maxime Lelièvre à Châteaubriant.

Jean-Louis Borloo a aussi demandé à Joël Guerriau de se concentrer sur sa commune, où il se représente aux municipales. A l’origine, c’était son premier adjoint qui devait se présenter, mais son manque de carrure politique n’a pas séduit les sébastiennais. Cependant, même dans un contexte de mécontentement général contre la politique de la gauche de gouvernement, Joël Guerriau lasse les sébastiennais et ses aventures nantaises (ira, ira pas) énervent. Or, s’il perd la commune, ce qui paraît de plus en plus possible, il ne sera pas réélu sénateur et cela marquera la fin de sa carrière politique.