Archive | mars, 2013

Loic Maurice : Pour Nantes, il faut se mobiliser maintenant !

30 Mar

Municipales 2014. Bien que tout sourit à la droite – crise économique, gouvernement incompétent, Premier Ministre gravement mis en difficulté sur ses terres, président fantômatique – elle a quand même un problème avec les grandes villes, et avec Nantes en particulier. Le problème est simple : alors qu’il y a 300.000 habitants à approcher, à rencontrer, à convertir, tâche de plusieurs mois de campagne, elle n’a toujours pas de candidat, ni d’unité. L’UMP envisage sans grand enthousiasme un parachutage, quant à l’UDI, elle est suspendue au choix du sénateur-maire de Saint-Sébastien Joël Guerriau qui pour l’heure n’a dit ni oui, ni non.

Le leader départemental du CNI – centre national des indépendants, membre de l’UDI et chef d’entreprise Loïc Maurice en a marre de cet immobilisme. Il s’est déclaré, le premier, candidat et nous consacre une entrevue pleine de volonté et de conviction. Car pour lui, il y a urgence en la demeure : Nantes est devant une chance historique d’alternance et il convient de ne pas la louper.

nantes

BreizhJournal : Monsieur Loïc Maurice, merci de nous recevoir. Vous avez déclaré votre candidature. Selon vous, quel est le problème de la droite à Nantes, aujourd’hui ?

Loïc Maurice : Il y a un manque terrible de coordination. Du côté de l’UDI, Joël Guerriau prend tout sur lui, joue perso, mais sans dire ni oui, ni non à sa candidature. L’opposition est hors-service, et la vraie raison, c’est qu’elle a été créée par l’UMP et est complètement en déroute suite à la guerre interne qui fait rage entre Fillon – que soutient la majeure partie de la fédération départementale – et Copé. Il n’y a pas de leader de l’opposition, aujourd’hui.

 

BreizhJournal : Quel est le but de votre candidature ?

Loïc Maurice  : Mettre un coup de pied dans la fourmilière, pour qu’il y ait clairement, enfin, vite, une liste de centre-droit à Nantes. Parce qu’au vu de la situation locale et nationale, reprendre Nantes à la gauche, c’est maintenant ou jamais. L’alternance ne peut cependant passer que par le centre – c’est la spécificité politique de Nantes, qui s’écarte de la droite et de la gauche trop marquées.

 

BreizhJournal : Croyez-vous à une candidature de Joël Guerriau ?

Loïc Maurice  : Pour l’heure il n’a dit ni oui ni non, il ne s’exprime pas du tout à ce sujet. Mais en coulisses il est pressé par l’UMP qui commence à se lasser de ses atermoiements. Il a commandé des sondages qui ne l’ont pas rassuré sur ses chances et souhaiterait surtout rempiler comme sénateur, il lui faut absolument un second mandat et c’est son but n°1.

 

BreizhJournal : Quel est votre rapport à la Bretagne ?

Loïc Maurice  : Je suis né de parents d’Ille-et-Vilaine qui ont toujours pensé que la capitale de Bretagne était à Rennes. Mais la querelle des capitales n’est pas le fond du problème. Cela ne me gêne absolument pas que Nantes soit en Bretagne. Les régions sont pour l’heure trop petites, je suis pour une grande région Bretonne qui comprenne les cinq départements plus, éventuellement, la Mayenne, qui est très proche de la Bretagne.

 

BreizhJournal : C’est un peu un passage obligé, mais que pensez-vous de l’aéroport de Notre-Dame des Landes ?

Loïc Maurice : Il y a quelque chose qui me gêne beaucoup dans ce projet. C’est qu’on se batte avec autant de fermeté sur l’aéroport sans prévoir de moyens pour y accéder. C’est Gribouille. Les entreprises de Vendée et du sud-Loire prévoient – s’il est fait et dans la configuration actuelle – de faire passer le fret de nuit, massivement. Des norias de camions sur les routes. Dans le fond, c’est l’aéroport du nord-Loire, de Rennes et de Vannes. La Vendée et le Choletais, dont le poids économique n’est pas négligeable, en sont coupées et c’est très mauvais pour la cohésion des territoires. Donc je conditionne mon acceptation du projet au fait qu’il y ait un troisième pont ou une voie de franchissement. Or, du fait des contraintes écologiques et financières importantes ainsi que d’un manque de volonté politique, ce 3e franchissement de la Loire est au fond d’un tiroir.

 

BreizhJournal : Vous avez des projets pour Nantes. Qu’en est-il, par exemple, en matière de transports ?

Loïc Maurice  : Il y a un gros problème. La réflexion de l’équipe Ayrault est uniquement axée sur une politique anti-bagnoles. C’est bien que la ville n’en soit pas envahie, mais ils ont rompu l’équilibre. Toutes les pénétrantes ont sauté, sans que la ville n’en soit simplifiée, ni pour ses habitants, ni pour ceux qui y travaillent. Résultat des courses, le commerce du centre-ville s’appauvrit, il y a même des fermetures alors que compte tenu du contexte démographique, cela devrait être en plein boom.

 

BreizhJournal : Parlons justement de démographie. Estimez-vous que c’est un défi pour Nantes ?

Loïc Maurice  : Oui, assurément. Il y a une politique de densification du centre-ville, mais on ne fait guère qu’empiler des habitants, sans leur donner les commerces nécessaires. A Saint-Joseph de Porterie, par exemple, où une ZAC est en pleine construction avec des centaines de logements, il n’y a en tout et pour tout qu’un tabac, une boulangerie, deux coiffeurs, un pizzaïolo et un fleuriste pour 2.500 habitants. Sinon il faut aller – en voiture – à Carquefou. Et l’on nous parle de développement durable, de ville sans voiture ? Alors que sur l’Ile de Nantes, il y a exactement le même problème. De qui se moque-t-on ? Pourquoi veut-on faire de Nantes une « réserve d’indiens » sans mettre en place les équipements suffisants, et surtout permettre aux Nantais de sortir, car tout – commerces, industries et équipements – est maintenant hors de la ville en périphérie ?

 

BreizhJournal : Cet empilement d’habitants a-t-il pour vous d’autres conséquences ?

Loïc Maurice   : Oui, Nantes se dégrade, Nantes se banalise, Nantes perd son âme. Regardez ces cubes de béton qui ont poussé partout. A la place des maisons bourgeoises sur les avenues, des champs autour de la ville. On peut faire la même daube de Lille à Perpignan, c’est la standardisation, l’uniformisation de l’urbanisme, la négation et de l’œuvre et de la spécificité des villes. Ce sont des clapiers qui n’ont rien de mieux que les « grands ensembles » des années 60 : vite et mal bâtis, tous sur le même modèle. Des ghettos. Et la municipalité laisse faire, absolument passive, elle se laisse porter par la dynamique, elle ne sait pas où elle va, où elle emmène Nantes. Il faut en finir.

 

BreizhJournal : Merci, Monsieur, de nous avoir consacré du temps. Pour terminer, par quels mots pourrez-vous résumer votre projet pour Nantes ?

Loïc Maurice : Je veux donner un nouveau souffle à ma ville, rendre Nantes aux Nantais.

Publicités

71e anniversaire de l’opération Chariot à Saint-Nazaire

29 Mar

Hier 28 mars avait lieu la commémoration du 71e anniversaire de l’opération Chariot qui avait vu des commandos d’alliés aborder le port en 1942 pour mettre hors service – avec succès – la plupart de ses installations militaires et portuaires, ainsi que les défenses avancées de l’avant-port. La porte de la forme-écluse Joubert, dans laquelle a été encastré un bateau-brulot bourré d’explosifs, est restée hors service jusqu’à la fin de la guerre.

Photo Gilbert Engelhardt

Photo Gilbert Engelhardt

Comme le veut la tradition, lors de cette commémoration organisée par le CREDIB (Centre de Recherche & Diffusion de l’Identité Bretonne) et la Section des Relations Interceltiques et Internationales de l’ICB se retrouvent des vétérans Bretons et Celtiques de l’opération, notamment de nombreux irlandais. James Dorrian, le spécialiste irlandais de l’Opération Chariot, a pris la parole  pour rappeler le raid et déplorer qu’en dehors d’un monument, « il n’y a aucun signe dans le port qu’une grande opération commando y ait jamais eu lieu, rien ne semble avoir été prévu pour un visiteur qui voudrait marcher dans les pas de ces hommes jeunes, qui ont risqué, et pour beaucoup perdu leur vie. C’est comme si le Raid était volontairement relégué dans le passé ».Un passé que la mairie de Saint-Nazaire semble ne pas apprécier. Elle qui depuis des décennies fait beaucoup – avec la bénédiction ou l’indiffèrence de l’administration théoriquement chargée de la protection du patrimoine culturel – pour effacer l’Histoire trop Bretonne de la ville, et en faire une cité créée ex nihilo par Napoléon alors qu’elle est occupée quasiment sans discontinuer depuis le Néolithique. Sous le bétonnage des temps modernes se perd le peu de patrimoine sauvé de la guerre et des destructions, les blockhaus du XXe siècle – des immeubles uniformes et bétonnés de quatre à cinq étages – couvrent les campagnes autour de la ville, les prés jadis verts, les hameaux bretonnants, l’espace dévolu aux marins même. Au milieu de tout cela surnage la base sous-marine muséifiée, construite trop vite et dont le béton mal posé croule par plaques, peu à peu consolidé par de l’argent public. Pour l’Histoire glorieuse de Saint-Nazaire, premier port Breton, quatrième ville de notre nation, rien. Rien pour ses riches basiliques, rien ou quasi pour ses tumuli, rien pour son histoire portuaire, rien pour son vieux village – rescapé des bombes mais entièrement rasé après-guerre pour « assainir », en fait effacer – rien enfin pour les héros qui sont morts pour libérer Saint-Nazaire et l’Europe de la botte de l’occupant vert-de-gris. Honneur et paix aux Braves de l’Opération Chariot !

Printemps français : trois cent personnes devant la Préfecture de Nantes ce midi

28 Mar

Pour protester contre les exactions policières lors de la Manif pour Tous de dimanche, l’autisme du pouvoir et réaffirmer leur mobilisation contre le mariage homosexuel, une manifestation était programmée sur les marches de la Préfecture de Loire-Atlantique ce midi. Rapellons que dimanche, plus de 1.4 millions de personnes ont défilé dans tout l’ouest parisien, de la Défense au bas des Champs Elysées.

PRINTE~1Cette manifestation fut un succès avec la mobilisation de plus de 300 personnes dans des délais très courts. François-Régis, membre de la coordination Loire-Atlantique de la Manif pour Tous, joint par BreizhJournal, commente : « malgré l’énervement général qui devient de plus en difficile à contenir, nous sommes toujours aussi déterminés et tenons a être entendus. C’est notre façon de soutenir le collectif qui ira accueillir Francois Hollande a son arrivée dans les studios de France TV ce soir à 19h ».

Le « Printemps français » a commencé dimanche après-midi à 15h08, au coin de la rue de Presbourg et de l’avenue de la Grande Armée à Paris, lorsqu’une charge de Bretons et de Normands, toutes hermines déployées, a porté la manifestation sur les Champs Elysées qui lui avaient été interdits. Depuis, sur fond d’un ras-le-bol général contre le gouvernement, la mobilisation ne cesse de forcir. A Lyon, près de 500 personnes (250 pour la police et les médias de gauche) ont bloqué Christiane Taubira à sa sortie du théâtre – les forces de l’ordre ont du les gazer pour dégager la voiture de la ministre. Aujourd’hui, en plus de Nantes, des rassemblements similaires étaient organisés devant les préfectures de Rennes, Vannes, Laval, Caen et ont réuni des milliers de personnes en Bretagne, Normandie et dans le Maine.

photo

NDDL : le tribunal confirme l’expulsion de la ferme de Bellevue

28 Mar

Sans surprise, le tribunal civil de Saint-Nazaire a confirmé l’expulsion immédiate de la ferme de Bellevue, occupée par les paysans et des opposants depuis le 27 janvier 2013. Cette robuste ferme en bon état général  dont dépendent 124.5 hectares de terre est peu à peu remise en service avec l’appui des paysans de tout le département.

Ferme de Bellevue le 28 janvier

Ferme de Bellevue le 28 janvier

AGO-Vinci a été en revanche débouté de ses prétentions pécuniaires. La filiale de Vinci demandait 1000€ d’astreinte journalière et 20.000 € de dommages-intérêts. Le tribunal a préféré ordonner l’expulsion immédiate et le paiement d’une astreinte de 450€ par jour au bout de huit jours. Cependant, alors que l’Europe vient de se pencher sur le dossier, et que du fait de l’absence d’autorisations liées à la loi sur l’eau, toute opération policière de grande ampleur sur la ZAD est frappée d’illégalité, l’expulsion de la ferme de Bellevue sera plus difficile qu’elle ne l’a jamais été.  Au moment où le tribunal rendait sa décision, plusieurs centaines de personnes se rassemblaient à Bellevue : la détermination des opposants est intacte.BreizhJournal a joint Jean-François Guitton, agriculteur membre de la Confédération paysanne et du collectif COPAIN44 qui fédère l’opposition agricole à l’aéroport. Il nous explique que la résistance va s’intensifier « aujourd’hui, on a ramené du matériel agricole pour mieux protéger la ferme. Pour nous, il est fondamental d’éviter l’irréparable, c’est-à-dire la destruction de la ferme, alors que le rapport de la Commission d’enquête n’est pas encore rendu et que la Commission des Pétitions se réunit à nouveau mi-avril. » En cas de coup de force, le réseau de vigilance et de solidarité devrait marcher à plein « il y a une veille permanente à la ferme et des tracteurs vigilants pour barrer les accès et retarder les forces de police. On amènera du monde rapidement. Mais notre mobilisation est pacifique donc on n’ira pas à l’affrontement ». La mobilisation s’appuie aussi sur près de 200 comités de soutien qui sont appelés à se rendre sur les permanences PS de leurs secteurs en cas de coup de force à sur la ZAD « pour interpeller leurs élus sur leur double langage, qui d’un côté veut protéger les ressources naturelles et la terre, et de l’autre tolère qu’on s’en dispense à Notre-Dame des Landes. »

Aujourd’hui, la ferme compte 22 vaches, 6 moutons, une douzaine de poules et une truie. Une partie des terres est occupée par des vaches depuis le 10 mars; le reste est encore trop humide pour y faire rentrer les tracteurs. Le four fonctionne, le conduit de cheminée a été refait selon des méthodes traditionnelles, le linteau de granit posé à nouveau. Le nettoyage de la maison et la réfection de la grange – aujourd’hui salle de réunion – est fini. Des travaux de clôture ont toujours lieu à l’extérieur. Une partie de l’opération Sème ta ZAD prévue le 13 avril pourrait se faire sur une des parcelles de Bellevue. Bref, Notre-Dame des Landes remue toujours.

Flash : le rendu du rapport de la Commission de dialogue devrait avoir lieu mardi 2 avril

Manifestation ce midi devant la préfecture de Nantes contre le mariage homosexuel

28 Mar

La section de Loire-Atlantique de la Manif pour Tous convie à une manifestation « respectueuse mais bruyante » ce midi de 12h30 à 13h30 sur les marches de la préfecture de Loire-Atlantique, côté rue de Strasbourg et cours des 50 Otages.

Il s’agira de faire du reuz contre les exactions de la police à Paris ce dimanche – rappelons que les forces de l’ordre ont gazé des enfants en bas âge et des personnes âgées sans aucune raison – et aussi contre le comportement de la Préfecture de police à Paris qui a donné l’ordre de gazer les manifestants qui tentaient d’arriver sur les Champs, et qui ont fini par y défiler en rangs serrés.

Les Champs Elysées bien remplis près du rond-point Marcel Dassault. Oui, la manif y est allée dimanche 24 mars.

Les Champs Elysées bien remplis près du rond-point Marcel Dassault. Oui, la manif y est allée dimanche 24 mars.

Dimanche, plus d’un million et demi de manifestants étaient réunis à Paris, dont ils emplissaient les rues de la Défense au bas des Champs Elysées. Pour le pouvoir, ils n’existent pas, ils n’ont pas été entendus. Depuis dimanche, la France n’a plus de pouvoir démocratique – s’il pouvait encore se prétendre tel après avoir foulé aux pieds le droit à Notre-Dame des Landes et ailleurs  – mais un régime qui ignore la profondeur de la contestation citoyenne. Avant son interview télévisée à France Télévisions, le président François Hollande, bien plus mal à l’aise avec la défense du mariage homosexuel qu’avec celle du projet de l’ex-futur aéroport de Notre-Dame des Landes, doit entendre que les Bretons ne lâcheront rien.Le projet de loi Taubira autoriserait le mariage homosexuel et désorganiserait au passage l’ensemble du droit français de la filiation ; ce dernier aspect est complètement éludé tant dans le projet de loi que dans la justification officielle de ce projet d’Etat qui ne s’appuie – comme un certain aéroport près de Nantes – que sur l’argument sans cesse ressassé que son adoption serait un immense progrès. Les Bretons refusent là encore d’être dupes et la Bretagne est la seconde région la plus mobilisée de France, avec 51 128 signatures de la pétition citoyenne adressée au CESE qui a fait l’objet d’un spectaculaire déni de démocratie. Parce qu’aujourd’hui en France, l’on peut estimer que 700.000 pétitions contre un projet de loi n’existent pas. Sur l’ensemble de ces pétitions, 19.000 ont été signées en Loire-Atlantique, 10.500 en Ille-et-Vilaine, 10.000 dans le Morbihan, 5900 en Finistère et 5600 en Côtes d’Armor. Mais pour le gouvernement, ces Bretons qui protestent, comme tous ceux qui sont contraires à sa volonté, n’existent pas. La démocratie, c’est maintenant !

Flash : Ce midi, ils étaient trois cent. Les forces de l’ordre n’ont pas employé de gaz ni de force.

NDDL : l’expulsion de Bellevue et de la Châtaigne sera plus difficile que jamais

26 Mar

Le hameau de cabanes de la Châtaigne, construit depuis le 17 novembre 2012 au sud-ouest du bois de Rohanne est immédiatement expulsable. Ainsi en a décidé aujourd’hui la justice, qui astreint les occupants qui se sont déclarés habitants permanents à payer 450 € par jour d’occupation au bout de 8 jours. Le jugement pour la ferme de Bellevue tombe le 28. L’on s’attend là aussi à une décision favorable à l’expulsion de ses occupants. Cependant, alors que la ZAD s’attend et se prépare activement à un nouveau coup de force printanier, plusieurs facteurs externes plaident pour que le gouvernement arrête les frais.

Cabanes de la Chat Teigne - fin janvier 2012

Cabanes de la Chat Teigne – fin janvier 2012

La ferme de Bellevue  abrite aujourd’hui une vingtaine de vaches – dont 14 ont été ramenées le 10 mars – une truie, une dizaine de poules et plusieurs paysans et occupants volontaires. Le collectif COPAIN44 qui fédére l’opposition paysanne à l’aéroport a appelé hier à  « accentuer la mobilisation sur le site de Bellevue dès le 28 mars, et [à] renforcer le dispositif de protection autour de la ferme. Il est donc fait un appel urgent à tous les paysans, actifs ou retraités, de Loire- Atlantique et de tous les départements alentour, pour acheminer sur le site tracteurs et matériels agricoles opérationnels ou réformés. » Près de 124.5 hectares de terres dépendent de la ferme, dont la viabilité économique est réelle.Le village de cabanes de Bellevue était quant à lui pris dans un imbroglio juridique qui a démontré – s’il fallait encore le prouver ! – combien l’indépendance de la justice devenait une chimère lorsqu’elle traitait d’un projet d’Etat comme l’est l’aéroport de Notre-Dame des Landes. Cependant, si Paris estime que les opposants sont trop Bretons pour avoir droit au droit français, l’Europe s’en est mêlée et surveille maintenant directement le dossier  ce qui devrait avoir des conséquences importantes pour les occupants de la ZAD et opposants au projet. Notons au passage qu’il ne devrait pas y avoir d’expulsion tant que le rapport de la commission de dialogue ne sera pas rendu ; cette remise est prévue entre la fin du mois et début avril.

L’Hôtel Ibis de Treillières a reçu depuis quelques jours environ 80 gendarmes mobiles et des autorisations de travaux – essentiellement liées au barreau routier donc situées au sud-ouest et au sud-est de la ZAD – ont été déposées pour la fin mars. Disposant d’un soutien local et national très fort, les opposants sont très motivés pour s’opposer, par la force au besoin, aux travaux du barreau routier et à leur expulsion. Cependant, hors de Notre-Dame des Landes plusieurs facteurs plaident pour un évitement du coup de force au printemps sur la ZAD. Revue de détail des causes qui pourraient éviter à Notre-Dame des Landes une nouvelle invasion policière.

L’Europe sauvera Notre-Dame des Landes

D’abord, l’arrivée en force et très officielle des instances européennes, qui ont demandé à la France des compléments d’informations impératifs pour mi-avril. Si la France passe en force, Sandrine Bélier, eurodéputée EELV qui mène la fronde auprès des instances européennes avertit   « nous ferons tout pour que le Parlement mette en demeure la France d’arrêter les travaux, au besoin en passant par une prise de position politique européenne ». Une telle issue est très probable : les instances européennes, souvent critiquées pour la lenteur de leur action, un pas après les problèmes auxquels elle est censée répondre, ne manqueront pas l’occasion d’agir en amont d’un projet ni la possibilité en or de rappeler la France à l’obligation de respecter le droit européen dont plusieurs textes fondamentaux sont violés   par le projet d’aéroport.

Un régime socialiste très inquiet par la déroute attendue en 2014

La ferme de Bellevue, . Notre-Dame des Landes, Bretagne.

La ferme de Bellevue. Notre-Dame des Landes, Bretagne.

Ensuite, le gouvernement, déjà très fragilisé sur le plan intérieur – par les affaires et son autisme face à la contestation sans cesse croissante du projet de loi sur le mariage gay  peut difficilement se permettre d’ouvrir un nouveau front, fut-il loin de Paris, au risque de se mettre à dos une frange croissante de la population scandalisée – à juste titre – par les excès de violences policières et les illégalités diverses et variées. Politiquement, le gouvernement a plutôt intérêt, pour sauver la mise aux municipales de laisser couler le dossier, le temps que les recours des propriétaires légaux soient épuisés, ce qui ne sera pas fait avant fin 2015.Nombre d’élus socialistes locaux – la « base » du PS – somment le régime de Paris d’arrêter les frais avec le projet qui exaspère les populations Bretonnes, angevines, mancelles et poitevines déjà très énervées par la montée en puissance de la crise, des impôts, le caractère pour le moins indécis de la politique gouvernementale et son autisme face aux revendications sociales et économiques. Le PS – qui s’est constitué un domaine réservé dans les cinq départements Bretons et détient plusieurs grandes villes de l’Anjou, du Maine, de la Normandie et du Poitou – pourrait souffrir durablement de la crise : Angers, la Roche sur Yon, Laval, Saint-Brieuc, Caen et Rennes sont dans la ligne de mire de la droite et du centre (UMP, UDI) et pourraient basculer. De quoi alimenter la peur panique des élus et de tous ceux qui vivent des grasses prébendes des collectivités socialistes.

Pour l’heure, toute opération policière est illégale

Ce triton marbré ne pèse que 8 grammes, mais il pourrait faire reculer des millions de tonnes de béton et de policiers

Ce triton marbré ne pèse que 8 grammes, mais il pourrait faire reculer des millions de tonnes de béton et de policiers

A la suite du président de la Commission de dialogue qui a laissé paraître ses doutes au sujet de la pertinence du projet d’aéroport dans la presse parisienne, d’autres instances nationales, parmi lesquelles le WWF demandent des études complémentaires. Enfin, les autorisations auprès de la Commission Nationale des Paysages et des Sites pour les dérogations à la loi sur l’eau et le déplacement des espèces naturelles protégées ne sont pas obtenues. Ce qui veut dire – alors que commence la période de reproduction des batraciens – que tous travaux lourds qui occasionneraient des atteintes aux milieux naturels, aux sols et aux espèces naturels sont pour l’heure illégaux et pourront faire l’objet de procédures judiciaire et d’interdiction par les maires des communes concernées au titre de leur pouvoir de police.Tout comme les fouilles qui abîment les champs, une intervention policière, nécessitant force véhicules, usage de gaz lacrymogène et poivre, de grenades de désencerclement, d’engins de travaux pour démolir les cabanes et les barricades et causant un piétinement accru de surfaces somme tout réduites et en zone humide ne manquerait pas de dégrader les milieux naturels et de causer la mort d’espèces protégées. De quoi provoquer les foudres de l’Europe et de nouveaux recours judiciaires, sur des fondements juridiques qui ne peuvent être sujets au doute ou à l’interprétation en fonction du pouvoir politique. Si le droit a été largement foulé aux pieds par le pouvoir, la perspective – en ces temps de disette budgétaire – d’une condamnation pécuniaire européenne infamante et importante pourrait refroidir les ardeurs d’un Premier Ministre qui se sait sur un siège éjectable.

NDDL : Semaine de convergence des luttes contre l’aéroport et le gaz de schiste

26 Mar

Avec l’appui des comités locaux de soutien à la lutte contre l’aéroport du Vigan, de la Lozère, du Gard, du Causse Méjean, et de plusieurs associations de lutte contre l’exploitation des « hydrocarbures non conventionnels » ou gaz et pétrole de schiste, une semaine de débats et d’information est organisée à la Châtaigne, au cœur du site de l’ex-futur aéroport nantais.

Ce soir, une soirée projection-débat est organisée au cinéma le Katorza à Nantes (3 rue Corneille) où sera présenté le film Promised Land qui décrit le combat d’une communauté rurale face au chamboulement de l’exploitation des gaz de schiste aux États-Unis. (Tarif 6.20€)

La fracturation hydraulique cause la fuite dans les nappes d'eau de gaz et des produits chimiques utilisés pour fracturer la roche.

La fracturation hydraulique cause la fuite dans les nappes d’eau de gaz et des produits chimiques utilisés pour fracturer la roche.

A noter que si l’extraction de gaz de schiste par l’usage de la fracturation hydraulique est interdite en France depuis 2011 et que la recherche de gisements dans le sud de la France risque fort de l’être aussi , la recherche du pétrole de schiste par la même méthode est, elle, permise. Ainsi, des forages ont actuellement lieu à Mairy (Seine-et-Marne)  et à la Ferté sous Jouarre  où population et opposants reprochent le manque de transparence de l’exploitant Hess Oil. Des forages devraient commencer à Château-Thierry (Aisne).Les données autour des réserves connues d’hydrocarbures de schiste restent incertaines et contradictoires. Le même flou artistique règne sur le modèle économique et le caractère durable des impacts sur l’environnement.Les Etats-Unis ont érigé l’exploitation des « hydrocarbures non conventionnels » en modèle économique national qui permettrait une nouvelle géopolitique qui s’écarte du Moyen-Orient et d’Israël, l’abondance de gaz et pétrole US rendant inutile la veille stratégique sur les gisements et les routes d’approvisionnement pétrolières. Cependant, des voix s’élèvent dans les milieux économiques pour critiquer ce système et pronostiquent l’effondrement de la « bulle » gaz de schiste d’ici dix-huit à vingt-quatre mois.Par ailleurs, la ruée vers le gaz et le pétrole de schiste favorise, notamment dans les pays de l’Est de l’Europe qui veulent prendre leur indépendance vis-à-vis du gaz russe, une colonisation économique au profit des majors pétrolières occidentales. Le gouvernement aux abois de l’Ukraine, qui ne prend garde qu’aux élections, noyé dans les « affaires » et la corruption, a ainsi vendu à la découpe les ressources du pays – et son avenir écologique – à trois grandes compagnies américaines. Le même scénario se répète en Pologne et en Lituanie, sans que les citoyens ne soient rééllement informés des risques et des retombées économiques et sociales concrètes.

 

 

bassins-EUProgramme de la semaine

Mercredi 27.03.2013 à 20h30 À la Chat Teigne (ZAD de Notre Dame des Landes) : Soirée présentation – Débat

Le gaz de schiste c’est quoi ? Il est où le problème ? Présentation des Gaz de schiste, des problèmes environnementaux, sanitaires, sociaux, financiers, liés à son exploitation – échange avec la salle.

Projection du documentaire : « La malédiction des Gaz de schiste » (Durée 1h22 en français).

Jeudi 28.03.2013 à 20h30 À la Chat Teigne (ZAD de Notre Dame des Landes) :

Soirée présentation – Débat – Projection VINCI est partout, VINCI dégage !

1. La situation en France sur les pétroles et gaz de schiste – C’est VINCI aussi !

En France les forages sont menés par une filiale de VINCI…

2. Énergie, Qui dirige vraiment ? Projection du documentaire : »The Brussels business : (Durée 58mn – Français) hydrocarbures, aéroports et GPII…Qui nous gouverne ? Qui contrôle vraiment l’Union Européenne ? »

Principales compagnies d'extraction en Europe. S'y ajoutent les filiales des majors pétrolières et gazières mondiales.

Principales compagnies d’extraction en Europe. S’y ajoutent les filiales des majors pétrolières et gazières mondiales.

Vendredi 29.03.2013 à 20h30 À la Chat Teigne (ZAD de Notre Dame des Landes) : Soirée présentation – Projection – Débat L’Extractivisme ici et ailleursUne ZAD, des ZAD ! Oui à la vie, non aux zones de sacrifices : Même en Bretagne vous êtes concernés !

1. Présentation des projets de mines (4 demandes de permis soutenues dans la région Pays de Loire et Bretagne par A.Montebourg) et du permis de recherche d’hydrocarbures en Mer d’Iroise.

2.A quoi ça ressemble une mine ? Les nouvelles méthodes d’exploitation…les risques sanitaires, l’agriculture. Projection du documentaire argentin « Veladero Barrick » (Durée 13 mn)

Samedi 30.03.2013 à 20h30 À la Chat Teigne (ZAD de Notre Dame des Landes) : Soirée présentation – Débat Faire Converger des Luttes !

Les exemples de convergence, les outils, la MINGA.

Présentation de l’appel Minga. Retour sur les événements de convergence (Lézan-FAME…).

Exemple des convergences ailleurs (Mexique ANAA – Argentine UAC).

Projection d’un reportage sur l’UAC (Union des Assemblées Citoyennes) (Durée 13 minutes en espagnol sous-titré en français)

pannoDimanche 31.03.2012 à 20h30 À la Chat Teigne (ZAD de Notre Dame des Landes) : Expo – Soirée Débat – Projection De Cajamarca à la ZAD il n’y a qu’un pas ! Même au Pérou on parle de la ZAD ¡

1. CONGA NO VA ! Les luttes de Cajamarca CONGA – Le barrage Chadin

(Pérou) : Les mines de Yanacocha – le projet 2 (Celendin).

2. De la ZAD à Cajamarca ! L’expertise de nos GM (Gendarmes Mobiles) bien entraînés sur la ZAD, s’exporte à Cajamarca pour le « respect des droits humains fondamentaux » !

3.Encore un lieu de convergence, un petit direct du Forum Social Mondial compte rendu de ce qui s’y ai dit.

4.Projection du documentaire : « Open Pit » Documentaire sur les mines de Cajamarca – Pérou (Durée 1h12 en anglais et espagnol).